Les travaux du complexe Royalmount sont lancés

Publié le 25/10/2018 à 06:53

Les travaux du complexe Royalmount sont lancés

Publié le 25/10/2018 à 06:53

Par Martin Jolicoeur

À terme, Royalmount devrait regrouper quelque 200 boutiques, une centaine de restaurants, quatre tours à bureaux et cinq hôtels.

Trois ans après son annonce officielle, les travaux de construction du complexe Royalmount, ce projet multifonctionnel sensé transformer à tout jamais l’offre commerciale et récréative du tout Montréal, sont maintenant commencés.

Et c’est par la démolition de deux édifices de 300 000 pieds carrés, aux abords de l’autoroute Décarie, que le chantier de près de 2 milliards (G$) prendra officiellement son envol, pour une période, selon ses promoteurs, qui pourrait s’échelonner sur 10 à 15 ans.

Mené par la société montréalaise Carbonleo, à qui l’on doit le complexe Dix30 à Brossard, en collaboration avec la société européenne L Catterton Real Estate (LCRE), le projet monstre doit occuper à terme 3M de pieds carrés de terrains à l’intersection des autoroutes métropolitaine (A-40) et Décarie (A-15).

Un fois terminé, le complexe devrait regrouper quelque 200 boutiques, une centaine de restaurants, un parc aquatique, cinq hôtels et quatre tours à bureaux, le tout accompagné d'un parc de stationnement intérieur gratuit de quelque 5 000 à 8 000 espaces.

Découvrez mes derniers textes / Suivez-moi sur Twitter

Sa présentation en mai 2015, initialement plus modeste, n’avait d’ailleurs pas manqué de soulever des inquiétudes quant aux risques de congestion automobile dans le secteur et d’affaiblissement des artères commerciales de la métropole, à commencer par la rue Sainte-Catherine. 

Qu’à cela ne tienne, trois ans plus tard, les travaux débutent par la démolition de deux édifices, dont un d'une hauteur de six étages, qui accueillait jusqu’à il y a quelques années, les bureaux de la société Ericsson, aux abords de l’autoroute 15.

Ces deux immeubles sont situés aux 8400 et 8600, boulevard Décarie. Leur démolition, avec un souci de récupération de 80% des matériaux (béton, bois, verre, acier, cuivre et aluminium) insistent les promoteurs, devraient s’étirer jusqu’en février prochain.

Les édifices à bureaux voisins des 8300 et 8500 du boulevard Décarie, dont l’un est occupé par une unité du Centre de santé universitaire McGill, seront pour leur part conservés.

Le chantier de 2 millards d'investissements ajoutera 4,5M de pi2 d'espaces commerciaux à Montréal.

Après quoi devraient débuter les travaux de la première phase, tôt au printemps 2019, a précisé en entrevue Claude Marcotte, vice-président exécutif et associé, développement et construction de Carbonleo. On parle essentiellement, dans un premier temps, de travaux d’excavation des stationnements souterrains et de préparations des sols.

Suivront ensuite, dans cette première phase d’un milliard d’investissement, la construction d'espaces commerciaux et de divertissement en tout genre, entre 600 et 800 premières chambres d’hôtels, et quelque 250 000 pieds carrés de nouveaux espaces de bureaux.

Si tout se passe comme prévu, cette première phase devrait être terminée à temps pour son ouverture en 2022, estime M. Marcotte. Le défi sera grand. À preuve, pendant toute la durée des travaux, Carbonleo évalue que pas moins de 35 000 travailleurs s'y succéderont annuellement.

En principe, suivrait par la suite l’investissement d’un autre milliard de dollars pour compléter le projet qui, à terme espèrent les promoteurs, devrait totaliser aux bas mots 4,5M de pieds carrés de surfaces commerciales.

Resteraprobablement d'ici-là, à mettre en place des mesures pour d'une part, appaiser l'inquiétude des commerçants des quartiers centraux de Montréal, et d'autres part, éviter que ce projet ne vienne accroître une congestion automobile déjà importante dans le secteur.

Découvrez mes derniers textes / Rejoignez-moi sur LinkedIn / Suivez-moi sur Twitter

Sur le même sujet

É-U: les dépenses des ménages chutent de 13,6% en avril

10:29 | AFP

Les dépenses des ménages ont chuté sous l'effet des mesures de confinement imposées face à la pandémie.

Google courtise les commerces de proximité avec des outils sur-mesure

27/05/2020 | AFP

« L’idée est que Google puisse être ce point d’accès unique pour savoir comment interagir en ligne avec telle enseigne».

À la une

La start-up montréalaise Livescale a le vent dans les voiles depuis le début de la pandémie

DÉFI START-UP. Si beaucoup d'entreprises souffrent de la pandémie de COVID-19, ce n'est pas le cas de Livescale.

Voici comment vous inscrire au Défi Start-Up

28/05/2020 | Les Affaires

Pour participer au Défi Start-Up, rien de moins compliqué.

Tous les prix du Défi Start-up

Mis à jour le 28/05/2020 | lesaffaires.com

Les gagnants du Défi Start-up nouvelle formule ne repartiront pas les mains vides.