Le boulevard Laurier, nouveau centre-ville de Québec

Publié le 14/08/2010 à 00:00, mis à jour le 13/08/2010 à 09:29

Le boulevard Laurier, nouveau centre-ville de Québec

Publié le 14/08/2010 à 00:00, mis à jour le 13/08/2010 à 09:29

Par André Dubuc

Québec a un point en commun avec Los Angeles : ni une ni l'autre n'ont un centre-ville clairement identifié.

Selon la personne à qui on s'adresse, le centre-ville de Québec est tantôt la colline parlementaire, tantôt le quartier Saint-Roch, ou encore le Vieux-Québec.

Mais si on entend par centre-ville comme étant le quartier des affaires où logent, en plus, les grands cabinets d'avocats et les bureaux comptables, le boulevard Laurier, dans l'arrondissement Sainte-Foy, s'impose de plus en plus comme le centre-ville.

Le plus faible taux d'inoccupation

Autrement connu pour son enfilade de centres commerciaux - Laurier Québec, Place de la Cité, Place Sainte-Foy -, ses chaînes de restaurants et ses hôtels, le boulevard Laurier a raffermi sa vocation de quartier de tours de bureaux depuis six ans.

L'inventaire total de la superficie locative de bureaux sur ce boulevard a doublé depuis 2004, passant de 900 000 à 1,8 million de pi2, constate la firme d'évaluateurs agréés Groupe Altus. À titre comparatif, l'inventaire total pour Québec a cru de 13 % au cours de la même période.

" Il y a un attrait des promoteurs à l'égard du boulevard Laurier, qui est un pôle administratif et commercial important, dit Steve Gilbert, directeur du bureau de Québec du Groupe Altus. Des terrains sont devenus disponibles à un moment où le marché était propice à la construction. "

Le marché des bureaux de Québec avait le taux d'inoccupation le plus faible au pays, à 6,3 %, au premier trimestre 2010.

Quatre tours se sont ajoutées dans les environs de la chic Place Sainte-Foy : la Tour Place de la Cité (210 000 pi2) par Cominar en 2004, l'Édifice Roland-Giroux (243 000 pi2) en 2005, Le Delta 3 (150 000 pi2) en 2009 et le Complexe Jules-Dallaire en 2010 (300 000 pi2 d'espaces de bureaux).

D'autres constructions sont prévues, les promoteurs étant encouragés par l'ouverture des autorités municipales à l'égard du développement immobilier. " Le maire Labeaume a demandé qu'on lui propose de beaux immeubles et il veillera à trouver les incitatifs nécessaires à la création de beaux immeubles ", dit Michel Bélanger, président du Conseil régional de Québec de l'Institut de développement urbain du Québec (IDU), un lobby des promoteurs immobiliers.

Cominar vise 26 étages pour la phase 2 du Complexe Jules-Dallaire

Cominar entend ajouter une seconde tour de bureaux au Complexe Jules-Dallaire, érigé sur le terrain de l'ancien motel L'Abitation, à l'angle de la rue de l'Église et du boulevard Laurier, d'abord prévue pour 13 étages de locaux à bureaux. Il est maintenant question de porter la hauteur à 26 étages. Quelque 200 logements haut de gamme seraient aménagés dans les 13 étages additionnels.

" La Ville nous demande d'inclure des résidences, explique Michel Dallaire, président et chef de la direction de Cominar. Elle nous a indiqué qu'elle serait plus permissive quant à la densification [nombre d'étages]. Nous avons actuellement des discussions avec la Ville à ce sujet. "

L'assureur SSQ, installé sur Laurier depuis 1968, a acheté le terrain des restaurants Burger King et Bâton Rouge, plus à l'ouest. Au départ, il était question d'y construire le nouveau siège social, mais le projet a été mis en veilleuse pour deux ou trois ans.

LE BON CÔTÉ DES FUSIONS MUNICIPALES

" L'augmentation du nombre de bureaux sur le boulevard Laurier, c'est une évolution naturelle, dit Jean Morency, président de SSQ Immobilier. Sur la colline parlementaire, c'est assez rempli. Le boulevard Laurier, un axe passant, profite de l'avantage que constitue l'accès rapide aux ponts. C'est intéressant pour les entreprises qui font des affaires sur la Rive-Sud, la Rive-Nord et à Montréal. "

La fusion des villes de Québec et de Sainte-Foy est un autre élément jouant en faveur du boulevard Laurier. " L'adresse demeure à Québec, même si on est à Sainte-Foy ", dit M. Morency.

Un exemple : les avocats d'Ogilvy Renault déménageront en septembre au Complexe Jules-Dallaire. " Avant la fusion, des firmes nationales refusaient de s'installer ailleurs que dans la ville même de Québec ", dit Michel Dallaire, qui a été confronté à ce problème avec les bureaux de son immeuble Place de la Cité. Maintenant, Sainte-Foy, Charlesbourg, Beauport... tout est Québec. "

" Si tous ces projets se réalisent, plusieurs craignent que cela entraîne d'importants bouchons de circulation sur le boulevard Laurier ", dit Steve Gilbert, du Groupe Altus.

UN HÔTEL DE MOINS

Toujours sur Laurier, Cominar a récemment acquis le terrain de l'Hôtel des Gouverneurs, porte d'entrée de la ville. L'hôtel fermera ses portes au plus tard en décembre. L'immeuble restera vide au moins deux ans, précise M. Dallaire, le temps de planifier sa mise en valeur.

Il s'agit d'un site exceptionnel qui a le potentiel pour accueillir quatre tours à vocation mixte, dont des bureaux, des commerces et des logements. Est-ce que l'une d'entre elles comptera plus de 30 étages ? " Je serais très surpris que la Ville permette quelque chose de plus haut que le Complexe G, sur Laurier. Mais je ne vous dis pas que je ne le demanderai pas ", a répondu M. Dallaire.

andre.dubuc@transcontinental.ca

À la une

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...

Mission accomplie pour Brian Hannasch

Édition du 07 Décembre 2019 | Pierre Théroux

PDG DE L’ANNÉE – GRANDE ENTREPRISE. Brian Hannasch peut dire mission accomplie.