Lawrence Bergman, ancien notaire d'un proche de Vito Rizzuto

Publié le 19/03/2014 à 16:13

Lawrence Bergman, ancien notaire d'un proche de Vito Rizzuto

Publié le 19/03/2014 à 16:13

Par Hugo Joncas

Lawrence S. Bergman, notaire, député sortant de D'Arcy-McGee et ancien ministre du Revenu sous Jean Charest. Photo: Martin C. Barry (WikiCommons).

PRIMEUR. En 2000, le notaire et député libéral Lawrence S. Bergman a signé deux actes de vente sur un terrain devant le Centre Bell. Les acheteurs: Giorgio Tartaglino et… Tony Magi, dont la Commission Charbonneau a entendu les conversations avec feu Vito Rizzuto, captées en écoute électronique. Trois ans plus tard, le représentant de D’Arcy-McGee devenait ministre du Revenu.

En 2003 et 2004, l’ancien parrain de la mafia canadienne a servi d’arbitre dans une querelle entre Tony Magi, Giorgio Tartaglino et des financiers de ses projets. Tony Magi était alors en affaires avec le fils de Vito Rizzuto, Nick Jr, assassiné en 2009 tout près des bureaux de leur entreprise, dans l’arrondissement Notre-Dame-de-Grâce.

Quelques années plus tôt, les affaires allaient mieux pour Tony Magi, qui achetait avec Giogio Tartaglino un terrain de tout premier choix, boulevard René-Lévesque Ouest, devant le domicile des Canadiens de Montréal.

Lawrence Bergman a signé en 2000 l’acte scellant cette curieuse transaction, où Tony Magi est acheteur, mais aussi un peu vendeur. Mark Dichter, qui se départit du terrain de 55 000 pieds carrés pour 3,3 M$, est alors représenté par Rita Biasini… la femme de Tony Magi! La transaction s'est conclue à un prix moindre que son évaluation, de 4,8 M$ selon l’acte.

Six jours plus tard, le notaire-député signait une autre transaction : la vente du même terrain pour 1 $ à une autre compagnie à numéros, toujours contrôlée par Giorgio Tartaglino et Tony Magi. Curieusement, la valeur du lot indiquée dans l’acte à des fins fiscales bondissait alors de 71 %, et ce, en moins d’une semaine!

Lawrence Bergman a aussi notarié l’hypothèque scellant le financement de la transaction par Giorgio Tartaglino lui-même, par le biais de se filiale Investissements Giotar inc. Cette entité a fait le seul prêt enregistré pour financer l’acquisition du terrain du Roccabella en 2000, d’un montant de 5,5 M$.

Le député sortant, l’un des meilleurs collecteurs de fonds du Parti libéral du Québec, n’a cessé sa pratique notariale que quand Jean Charest l’a nommé ministre du Revenu dans son premier gouvernement, en 2003. C’est neuf ans après avoir été élu pour la première fois dans la circonscription la plus rouge de la province: D’Arcy-McGee, dans l’ouest de l’Île de Montréal.

Joint par Les Affaires, Lawrence Bergman, qui ne se représente pas aux élections en cours, rappelle que ses obligations professionnelles l’astreignent à la plus grande discrétion. «Je n’ai jamais fait de commentaires sur les actes ou les parties aux actes que j’ai notariés, dit-il. Je ne commencerai pas maintenant.»

Il n’a donc pas voulu s’étendre sur les transactions qu’il a officialisées pour Tony Magi et Giorgio Tartaglino devant le Centre Bell. «Chaque notaire va avoir des clients qu’il voit beaucoup, d’autres moins… Mais c’est une obligation de rester neutre», dit-il.

De 1965 à 2003, Lawrence Bergman dit avoir signé 21 000 actes. «J’ai suivi les règles de déontologie du début à la fin», dit-il.

Le député sortant souligne qu’il avait «une pratique très haut de gamme» et une «bonne réputation».

Des experts en sécurité s'interrogent

À la une

Le Canada se fait damer le pion par la Chine en Amérique du Sud

11/06/2021 | François Normand

ANALYSE. L'Europe s'inquiète de la perte de son influence économique dans le Mercosur. Le Canada, lui, regarde ailleurs.

Lumenpulse renonce à son retour en Bourse

11/06/2021 | Denis Lalonde

Lumenpulse, qui souhaitait revenir en Bourse à une valorisation d'un milliard de dollars, interrompt son PAPE.

Lumenpulse revient en Bourse avec une valeur d'un milliard

BLOGUE. Lumenpulse devient LMPG et revient en Bourse avec deux nouveaux partenaires québécois.