La confiance envers les courtiers immobiliers connaît une hausse significative

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Juin 2019

La confiance envers les courtiers immobiliers connaît une hausse significative

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Juin 2019

Par Les Affaires

(Photo: 123RF)

Selon un sondage réalisé par Léger et diffusé par l'Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), 82 % des personnes qui veulent acheter ou vendre une propriété au Québec durant la prochaine année planifient retenir les services d'un courtier immobilier. Il s'agit d'une hausse de plus de 20 points de pourcentage par rapport aux statistiques recueillies en 2013 (60 %). Les données montrent également que le niveau de confiance envers les courtiers ainsi que la valeur perçue de leurs services ont significativement augmenté. Les Québécois sont d'ailleurs maintenant plus craintifs qu'avant à acheter ou à vendre sans aide : le niveau de confiance des citoyens à acheter ou à vendre leur propriété sans l'aide d'un courtier immobilier a diminué respectivement de près de 7 % et de 10 % en 2019, par rapport à 2013. Rappelons qu'à Montréal, 98 % des résidents ayant eu recours aux services d'un courtier en 2019 affirment avoir réussi à vendre leur maison.

Sur le même sujet

L'immobilier canadien est-il au bord du gouffre?

29/05/2020 | lesaffaires.com

FBN Économie et Stratégie anticipe un recul de près de 10% du marché immobilier au Canada.

Vous achetez une maison avec votre conjoint?

EXPERT INVITÉ. L’évolution du mode de vie peut avoir des conséquences financières graves pour certains d’entre nous.

À la une

L'indemnité de départ de l'ex-patron de Bombardier mal reçue par une firme

Glass Lewis « remet en question » les « indemnités substantielles » octroyées à Alain Bellemare.

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.

Projet de loi 61: accélérer des projets d'infrastructures

Des projets pourraient bénéficier de « mesures d’accélération », telles que des « procédures d’expropriation allégées».