La bulle immobilière qui n'a jamais existé

Publié le 04/07/2017 à 12:02

La bulle immobilière qui n'a jamais existé

Publié le 04/07/2017 à 12:02

Par Matthieu Charest

Le Westbury [Courtoisie: Devmont]

«Nous entrevoyons un marché équilibré pour la copropriété vers la fin de l’année et plus rapidement encore pour l’île de Montréal», souligne un rapport du Groupe Altus.


De fait, non seulement il n’y a pas de «bulle immobilière» dans la grande région de Montréal, mais le marché du condo ne sera plus à l’avantage des acheteurs pour bien longtemps. Du moins, dans la plupart des secteurs de la métropole et de ses banlieues.


Le Groupe Altus calcule que le nombre d’unités lancées dans les douze derniers mois a augmenté de 14%. Toutefois, les projets en lancement connaissent «d’excellentes performances».


La demande a augmenté de 30% par rapport au même trimestre l’an dernier, alors que l’offre a diminué de 7,1% et que le nombre d’unités invendues a chuté de 14%.


L’inventaire réel, qui ne tient pas compte des unités prévues, a quant à lui baissé de 19%.


Des territoires hétérogènes


Toutefois, tous les secteurs ne sont pas égaux.


Les arrondissements Le Sud-Ouest, Le Plateau-Mont-Royal et Rosemont-La Petite-Patrie sont désormais à l’avantage des vendeurs.


Le secteur de L’Île-des-Sœurs et l’arrondissement Saint-Laurent ont atteint, ou sur le point d’atteindre, l’équilibre entre acheteurs et vendeurs.


Quant aux marchés de Ville-Marie et de la Rive-Sud (surtout Brossard), ils tendent à «laisser présager»  un retour au point d’équilibre d’ici les prochains mois.


Enfin, c’est plus difficile sur la Rive-Nord, Laval et dans la Pointe-de-L’île, où les inventaires demeurent élevés et le marché de la copropriété demeure à l’avantage des acheteurs.


Où investir


«La fameuse “bulle immobilière” à Montréal, nous n’y croyons pas non plus», soutient Marc Lefort, vice-président ventes et marketing chez Devmont, un promoteur immobilier.


«Le marché va très bien», estime l’expert. Au point où l’achat de copropriétés dans certains secteurs de Montréal représente même un investissement potentiellement intéressant.


Le «Triangle», dans Côtes-des-Neiges (près de l’ancien hippodrome), Hochelaga-Maisonneuve et certains secteurs du Sud-Ouest, autres que Griffintown, représente encore d’excellents lieux où investir, estime M. Lefort.


Et si un condo ne représente pas un investissement à court terme, c’est un achat assez sécuritaire croit le vice-président. «Ce n’est pas un “plex”, bien sûr. Mais ça ne nécessite pas beaucoup d’efforts, et si vous le louez, et que vous couvrez vos frais, ça peut, à long terme, donner un rendement satisfaisant». 


 


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Condo: le gouvernement d’hyper proximité

20/02/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. En copropriété, c’est vivre sous la gouverne d’une administration d'amateurs. Pour le meilleur et pour le pire.

Le pot, prochain «bad trip» des syndicats de condo?

13/02/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Le cannabis, comme la tabac, démontre les limites de la propriété dans la copropriété.

À la une

L'empreinte montréalaise dans Blade Runner 2049

Il y a 17 minutes | Denis Lalonde

Il n'y a pas que le réalisateur Denis Villeneuve qui a légué une empreinte québécoise au film Blade Runner 2049.

La Chine commence à «manquer de bras»

Il y a 17 minutes | François Normand

ANALYSE. La population active en Chine diminue depuis 2012. Et les prévisions donnent le vertige.

Vidéo: encore un bon moment pour investir dans le REER?

Il y a 17 minutes | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Après les soubresauts boursiers, est-ce encore un bon moment pour investir dans son RÉER?