L'homme phare de l'immobilier à Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

L'homme phare de l'immobilier à Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

Michel Dallaire, du Groupe Dallaire. [Photo: Francis Vachon]

La hauteur et l'ampleur du projet Le Phare ne laissent personne indifférent ; la tour de 65 étages à l'entrée des ponts, à Québec, annoncée début février, fait couler beaucoup d'encre et alimente les conversations. Ce colosse de 600 millions de dollars n'est pourtant pas le seul projet d'envergure du Groupe Dallaire, qui construira à Québec des structures comme on n'en a jamais vu dans l'histoire de la province.

Dans un horizon d'un an, le propriétaire foncier le plus important de la région de Québec devrait amorcer la construction d'un immense développement immobilier dans le quartier Chauveau : 27 millions de pieds carrés, 6 000 unités d'habitation et trois millions de pi² d'espaces commerciaux et industriels légers.

«Ce n'était jamais arrivé dans l'histoire du Québec qu'un promoteur privé développe un territoire aussi vaste. Nous devrons nous-mêmes installer des écoles élémentaires, un centre communautaire. De 15 000 à 18 000 habitants viendront y vivre», précise Michel Dallaire, président de Groupe Dallaire et président et chef de la direction de Cominar, qui entrevoit que la construction du quartier au complet se fera sur un horizon de 12 à 15 ans.

Sur la rive sud de Québec, à la tête des ponts, Groupe Dallaire fera pousser un quartier encore plus vaste de 45 millions de pi², sur un ancien terrain d'Irving acheté il y a une dizaine d'années.

«Je dis souvent à mes employés que si on construit sur 25 ans, c'est impossible que ça ne prenne qu'un an à planifier», dit l'homme qui a appris de son père Jules la patience, la vision, l'audace et la prudence.

Au total, Groupe Dallaire détient 160 millions de pi² à développer dans la région métropolitaine de Québec pour des projets résidentiels, commerciaux et industriels. «J'en ai pour les 30 prochaines années et plus. Il y a des terrains que mon père a achetés, et j'en ai acheté aussi pour que ceux qui nous suivront puissent continuer», raconte Michel Dallaire, qui considère avoir diminué son risque en achetant aux quatre coins de la ville, visant des clientèles diverses.

Aux projets en planification, il faut ajouter Le Faubourg du Moulin, à Beauport, en construction depuis une dizaine d'années. Deux mille unités d'habitation avec l'intégration d'une garderie et d'une résidence pour personnes âgées, de manière à favoriser une mixité sociale.

«On a refait le concept il y a cinq ans, avec une approche qui intégrait le développement durable et les énergies renouvelables. On a créé des milieux de vie. On a décidé d'arrêter de construire des immeubles entourés d'immenses parcs de stationnement, donc 70 % des stationnements sont aménagés sous terre», explique l'homme d'affaires de 53 ans, ingénieur de formation, qui affirme être constamment à la recherche de nouvelles façons de faire. D'ailleurs, en 1990, alors que personne ne parlait encore de gestion énergétique, il formait une équipe d'ingénieurs pour réduire la charge immobilière la plus importante après les taxes foncières.

Redonner, une nécessité

Sa grande innovation, outre l'idée de bâtir à Québec la plus haute tour à l'est de Toronto, a un but philanthropique. En décembre dernier, M. Dallaire annonçait un autre grand projet, celui de construire sur des terres qui appartenaient anciennement aux Soeurs de la Charité un quartier entier au profit des organismes communautaires. Il prévoit bâtir 6 500 unités d'habitation pour accueillir jusqu'à 20 000 citoyens. Tous les bénéfices des ventes seront versés à la Fondation Jules-Dallaire et à la Fondation des Soeurs de la Charité.

À la une

Omicron plonge les Fêtes et les Canadiens dans l'incertitude

Mis à jour le 05/12/2021 | La Presse Canadienne

Les plans de nombreux Canadiens en vue du temps des Fêtes sont plongés dans l’incertitude.

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

05/12/2021 | Olivier Schmouker

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.