Immobilier au Canada: là où la croissance des prix a le plus ralenti

Publié le 10/08/2010 à 13:18, mis à jour le 10/08/2010 à 15:41

Immobilier au Canada: là où la croissance des prix a le plus ralenti

Publié le 10/08/2010 à 13:18, mis à jour le 10/08/2010 à 15:41

Par lesaffaires.com

Photo : Lesaffaires.com

Le Canada est le pays où le ralentissement de l’appréciation des prix des habitations a été le plus marqué au deuxième trimestre de cette année, selon un rapport publié par Études économiques Scotia.

Alors que les prix annuels moyens s’appréciaient de 16,6% au premier trimestre, cet indicateur n’a augmenté que de 6,8%. «Les ventes, quoique toujours nombreuses, affichent une tendance soutenue à la baisse, parallèlement à la réduction de l'accessibilité économique et à l'essoufflement de la demande comprimée», explique Adrienne Warren, économiste principale à Études économiques Scotia.

«Pendant ce temps, l'augmentation du nombre d'inscriptions fait en sorte que les conditions globales du marché sont de nouveau favorables aux acheteurs, ajoute Mme Warren. Nous prévoyons que la demande restera faible jusqu'à l'an prochain et que les prix seront à peu près stables.»

Revente

Au cours des dix dernières années, les vendeurs de maisons existantes ont constamment bénéficié de plus fortes augmentations de prix que les constructeurs de maisons neuves. Entre 2000 et le premier semestre de 2010, le coût moyen des maisons neuves a augmenté d'un peu plus de 50 % seulement, alors que pendant la même période, le prix moyen des maisons existantes a plus que doublé.

Les auteurs du rapport relèvent plusieurs facteurs expliquant le rendement supérieur du marché de la revente, notamment le faible nombre d'inscriptions par rapport à la demande, l'essor des activités de rénovation, lequel a ajouté de la valeur au stock de maisons existantes, et l'augmentation de la valeur des terrains en milieu urbain.

 

À la une

Le Canada se fait damer le pion par la Chine en Amérique du Sud

11/06/2021 | François Normand

ANALYSE. L'Europe s'inquiète de la perte de son influence économique dans le Mercosur. Le Canada, lui, regarde ailleurs.

Lumenpulse renonce à son retour en Bourse

11/06/2021 | Denis Lalonde

Lumenpulse, qui souhaitait revenir en Bourse à une valorisation d'un milliard de dollars, interrompt son PAPE.

Lumenpulse revient en Bourse avec une valeur d'un milliard

BLOGUE. Lumenpulse devient LMPG et revient en Bourse avec deux nouveaux partenaires québécois.