Des fonds ontariens acquièrent deux mégacentres de Québec pour 239 M$

Publié le 13/05/2013 à 15:26, mis à jour le 14/05/2013 à 16:39

Des fonds ontariens acquièrent deux mégacentres de Québec pour 239 M$

Publié le 13/05/2013 à 15:26, mis à jour le 14/05/2013 à 16:39

Par Hugo Joncas

Un plan du Mégacentre Lebourgneuf, acquis par CREIT et Optrust. Crédit: Immostar.

(Correction) Canadian Real Estate Investment Trust vient de mettre la main sur deux mégacentres de Riocan à Québec. Le fonds de placement immobilier torontois a acquis l’ancien Centre RioCan Sainte-Foy et le Mégacentre Lebourgneuf en partenariat à 50 % avec le fonds de pension des fonctionnaires ontariens, Optrust, pour un total de 239,1 M$, et non de 205 M$, comme nous l'avons d'abord écrit.

Sans partenaire, Canadian Real Estate Investment Trust (CREIT) a aussi acquis un autre mégacentre de RioCan, le Wheeler Park de Moncton, au Nouveau-Brunswick, pour 61,9 M$, et non 95,6 M$. La part des fonds allongée par CREIT pour les trois actifs représente 181,5 M$.

«RioCan voulait aussi nous vendre le Mégacentre Beauport, mais on n’était pas intéressés, dit René Arsenault, vice-président, Région du Québec, chez CREIT. On a pris les deux meilleurs. Pour nous, c’est une bonne acquisition : on voulait plus de propriétés au Québec.»

Les propriétés de la capitale hébergent des locataires à grande surface comme Canadian Tire, Costco, Maxi, Home Depot, Walmart et Bureau en Gros, ainsi que les cinémas Cineplex Odéon à la propriété de Sainte-Foy, rebaptisée Mégacentre Sainte-Foy.

Les deux propriétés totalisent 1,58 M de pieds carrés.

RioCan veut quitter la capitale

À la une

L'indemnité de départ de l'ex-patron de Bombardier mal reçue par une firme

Glass Lewis « remet en question » les « indemnités substantielles » octroyées à Alain Bellemare.

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.

Projet de loi 61: accélérer des projets d'infrastructures

Des projets pourraient bénéficier de « mesures d’accélération », telles que des « procédures d’expropriation allégées».