Breather dans le Quartier International grâce à Ivanhoé Cambridge

Publié le 28/06/2017 à 08:51

Breather dans le Quartier International grâce à Ivanhoé Cambridge

Publié le 28/06/2017 à 08:51

Par lesaffaires.com

Un des espaces offerts par Breather à Montréal. (Photo: Breather)

L’ambitieuse expansion montréalaise que Breather prévoit clore avant la fin de l'année débute par un bail de cinq ans pour deux espaces du centre-ville de Montréal.


Le premier de ces deux espaces est situé au troisième étage du 1000 de la Gauchetière. Il est facilement accessible à partir du métro Bonaventure, et se trouve à proximité du Centre Bell. Une combinaison intéressante pour les entreprises cherchant un espace de travail pour quelques heures, en attendant le début d’un spectacle ou d’un match du Canadien de Montréal, pourquoi pas…


Le deuxième local, lui aussi fourni par Ivanhoé Cambridge, le bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), est situé au 747 rue du Square Victoria, en plein quartier international. Il fait 1220 pieds carrés et comprend une cuisine et une salle de réunion qui donne sur le fameux atrium de l’immeuble.


Cette incursion au centre-ville amorce une phase de croissance accélérée pour Breather, qui a pris naissance dans les quartiers avoisinants en offrant des lofts et autres petits locaux en location horaire aux utilisateurs de son application mobile. L’offre s’adressait tout d’abord aux petites entreprises et aux travailleurs autonomes, mais l’entreprise semble vouloir diversifier sa clientèle, elle qui compte par ailleurs doubler son empreinte à Montréal avant la fin de l’année, allant jouer dans les talles des espaces de co-travail à la WeWork, qui connaissent un essor fulgurant ces derniers temps.


«Breather à commencé à Montréal. Notre prochaine phase de croissance consistera à lancer des espaces de grandes dimensions dans des immeubles offrant de nombreuses commodités, situés dans des quartiers centraux», explique Maggie Burns, vice-présidente immobilier pour Breather.


L’entreprise montréalaise, fondée en 2012 par Julien Smith et Caterina Rizzi, offre des locaux dans une dizaine de villes du Canada et des États-Unis, à l’exception de Londres, qui est en Angleterre, bien entendu. L’emprunt d’un local, qui prend souvent la forme d’une salle de conférence dotée de WiFi, d’un téléviseur et d’autres commodités du genre, se fait à un tarif pouvant aller de 50 $ l’heure, à 750 $ par jour.


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Fonder une start-up à Montréal, un handicap?

19/12/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. «Aux États-Unis, on essaie d’avoir l’air le plus américain possible.»

Faut-il être fou pour réussir en affaires?

Édition du 23 Mai 2015 | Olivier Schmouker

À leur époque, Joseph-Armand Bombardier et Guy Laliberté étaient des «cinglés». Oui, des cinglés, parce que ...

OPINION

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.