Immobilier: alerte rouge à Toronto

Publié le 29/06/2017 à 15:45

Immobilier: alerte rouge à Toronto

Publié le 29/06/2017 à 15:45

Par Matthieu Charest

[123RF]

Un rapport de la RBC tire la sonnette d’alarme quant au secteur immobilier torontois. La Ville reine s’approche dangereusement de Vancouver pour devenir le marché le plus inabordable du pays.


«L’agrégat des mesures d’accessibilité pour la grande région de Toronto s’est détérioré pour atteindre un niveau jamais vu», souligne le document produit par la RBC. «Alors que l’accessibilité s’est améliorée à Vancouver, elle s’est évaporée à un rythme affolant à Toronto». 


De fait, dans la métropole ontarienne, la moyenne des revenus des ménages consacrés à la propriété a augmenté de 2,7% au premier trimestre de 2017 pour atteindre 72%. Un pourcentage que l’institution bancaire qualifie de «stratosphérique». À Vancouver, le taux est toujours plus élevé, à 79,7%, mais il a diminué de 1,2% au premier trimestre de 2017.


La RBC attribue le ralentissement vancouvérois à la série de mesures adoptées par la province l’an dernier afin de calmer le marché. Bien que des règles similaires ont été adoptées en Ontario le 20 avril dernier, leurs effets ne se sont pas encore fait sentir.


Pendant ce temps, à Montréal et à Québec


La réalité des marchés immobiliers des deux métropoles québécoises est tout autre. «Nous n’y observons rien qui nous inquiète», affirme le rapport de la Banque Royale.


À Montréal, «la vigueur de l’économie a eu des effets positifs sur le marché immobilier. La demande est plus forte, l’inventaire s’est réduit et les prix ont légèrement augmenté». La moyenne des revenus des ménages consacrés à la propriété y est de 43%, soit 1,6% de plus que l’an dernier.


Pour Québec, la moyenne des revenus des ménages consacrés à la propriété est de 35,2%. Il s’agit même d’une amélioration de 0,4% au premier trimestre de 2017. «L’offre de propriétés en vente demeure élevée. Les acheteurs sont donc mieux placés pour y négocier les prix à la baisse.  


Dans son rapport, la RBC met en garde le marché quant à une hausse possible du taux directeur de la Banque du Canada. «Une hausse, tout dépendant de sa magnitude, poserait un risque pour les marchés où les acheteurs sont les plus vulnérables [comme à Toronto ou à Vancouver]», peut-on y lire. 


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Nouvelle stratégie sur le marché immobilier: la vente aux enchères en ligne

Cette méthode novatrice attire l'attention des observateurs, car elle pourrait bien lancer une nouvelle tendance.

La marge de sécurité: un concept intemporel

BLOGUE INVITÉ. La «marge de sécurité». Les 3 mots les plus importants dans l'investissement, selon Warren Buffett.

À la une

Est-ce la tâche du gouvernement de sauver nos sièges sociaux?

BLOGUE INVITÉ. Le gouvernement doit tout faire pour éviter que certaines entreprises dites stratégiques soient vendues.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et Pékin.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.