60% des condos du Ritz toujours invendus

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Janvier 2015

60% des condos du Ritz toujours invendus

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Janvier 2015

En septembre 2010, la courtière responsable de la vente des condos de l'hôtel Ritz-Carlton de Montréal affirmait dans un quotidien que 22 des 46 appartements de copropriété avaient déjà trouvé preneur. Or, le rôle d'évaluation foncière de ce projet, récemment mis en ligne, montre plutôt que le promoteur du projet, Gestion Golden Square Mile, possède toujours 27 des 45 appartements. Sans compter un des appartements, acheté par un membre de la famille Torriani, le promoteur. Quatre des six penthouses n'ont pas encore été vendus.

Parmi les acquéreurs des 18 appartements de l’hôtel Ritz-Carlton vendus jusqu’à maintenant, il y a Lise Watier, Stephen T. Molson, Lino Anthony Saputo et l’ancien éditeur Claude J. Charron.

Parmi les acquéreurs des 18 appartements vendus jusqu'à maintenant, on remarque Lise Watier (évaluation municipale de 4,49 M$), Stephen T. Molson (5,03 M$), Lino Anthony Saputo (8,35 M$) et l'ancien éditeur Claude J. Charron (3,20 M$).

Ce projet, qui a coûté 200 M$, soit le double du montant prévu (en incluant la modernisation de l'hôtel), a connu de nombreux rebondissements. Il devait initialement offrir une cinquantaine d'appartements de grand luxe dès l'hiver 2010, rue Sherbrooke Ouest.

Depuis que les frères Torriani ont acheté l'hôtel, en 2006, pour le transformer et redorer son blason, des projets comprenant plusieurs centaines d'appartements ont été annoncés et sont en construction à proximité, dans les environs du Centre Bell.

À la une

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

4. Calendrier de l'avent des affaires: la COP26

04/12/2021 | Olivier Schmouker

Concours international du jeu appelé «la politique de l’autruche»...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.