Vieux-Port: la Société immobilière du Canada répond à Coderre

Publié le 17/09/2013 à 17:15, mis à jour le 26/09/2013 à 12:51

Vieux-Port: la Société immobilière du Canada répond à Coderre

Publié le 17/09/2013 à 17:15, mis à jour le 26/09/2013 à 12:51

Le Vieux-Port de Montréal. Photo: Gilbert Bochenek.

La Société immobilière du Canada n’a pas l’intention de vendre des terrains du Vieux-Port de Montréal, dont elle a hérité l’automne dernier. Et contrairement à ce que craint le candidat à la mairie de la métropole Denis Coderre, la société d’État ne prendra aucune décision unilatérale, assure la direction.

>>>Lire À Montréal de gérer son Vieux-Port, dit Denis Coderre

«Nous n’avons aucun plan de ventes de terrains au Vieux-Port, et surtout nous n’irons pas de l’avant avec un projet important sans consulter les intervenants et la Ville», écrit la directrice des communications de la Société (SIC), Manon Lapensée, dans un courriel à LesAffaires.com.

Denis Coderre a promis qu’il allait négocier avec le gouvernement fédéral pour récupérer la gestion du Vieux-Port. Il a pris cet engagement mardi lors d'un déjeuner de l'Institut de développement urbain, qui regroupe de grands acteurs de l'industrie immobilière.

Ottawa a dissous la Société du Vieux-Port de Montréal à la suite des controverses sur les dépenses de son ancienne pdg, Claude Benoit. Le fédéral a ensuite confié à la SIC la gestion des infrastructures du bord du fleuve, dans le Vieux-Montréal.

Toujours député libéral à la Chambre des Communes à l’époque, Denis Coderre avait alors dénoncé cette décision. Il craint que le fédéral ne veuille brader les terrains du Vieux-Port en les revendant à des promoteurs immobiliers. La Société immobilière du Canada (SIC) a pour mandat de vendre les terrains fédéraux en surplus.

«La Société immobilière du Canada, vous savez ce que ça veut dire : sa mission, c’est de vendre les actifs… C’est 40 arpents de terrain, et ça vaut 550 M$», a dénoncé Denis Coderre devant l’Institut de développement urbain.

Même mission

À la une

L'assurance-emploi et l'assurance médicaments dans la mire des syndicats

Les syndicats s’attendent à des changements concernant l’assurance-emploi et le programme d’assurance médicaments.

Main-d'oeuvre: les attentes des chambres de commerce sont grandes

Elles s'inquiètent aussi des conséquences qu’aura l'endettement des derniers mois sur les PME.

Le patronat veut de l'action de la part d'Ottawa

Mis à jour à 13:53 | Emmanuel Martinez

Suite aux élections fédérales, les associations représentant les entreprises veulent de l'action de la part d'Ottawa.