Un projet de loi bientôt déposé pour protéger la vie privée

Publié le 16/11/2020 à 07:50

Un projet de loi bientôt déposé pour protéger la vie privée

Publié le 16/11/2020 à 07:50

Par La Presse Canadienne
Une personne consulte son ordinateur

(Photo: Glen Carstens-Peters pour Unsplash)

Le gouvernement du Canada s’apprête à déposer un projet de loi destiné à mieux protéger la vie privée des Canadiens en cette ère numérique. 

Le texte législatif, qui pourrait être soumis dès le début de la semaine, s’attarderait à dix principes, dont le contrôle des données personnelles et l’application de sanctions pour l’usage inapproprié d’informations.  

L’initiative du gouvernement Trudeau sera la réponse aux nombreux appels lancés par le Commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Daniel Therrien, qui réclame depuis longtemps que les lois protégeant la vie privée des Canadiens soient modernisées. À son avis, par rapport à plusieurs autres pays, le Canada traîne de l’arrière dans ce domaine.

Le gouvernement libéral a déjà fait part de son intention de légiférer pour faire adopter une loi sur la protection de la vie privée et une autre sur la protection des données personnelles. On ignore cependant comment les nouvelles dispositions cadreraient dans les lois actuelles sur la protection des données personnelles.

 

Sur le même sujet

Atos effraie les investisseurs en s'attaquant à DXC Technology

07/01/2021 | AFP

Le titre du groupe informatique français a plongé de plus de 11% à Paris.

Projet de loi sur la vie privée: une «occasion ratée» selon le Centre pour les droits numériques

Il aurait dû s'assurer que les partis politiques soient soumis à la loi fédérale sur la protection de la vie privée.

À la une

Lion livrera 60 autobus scolaires électriques à Autobus Séguin

Ce serait la plus importante commande du genre en Amérique du Nord selon l'entreprise.

Sur le banc des pénalités, Couche-Tard est bon marché

BLOGUE. Tous se demandent quelle autre filière Couche-Tard a choisie en tant qu’avenue de croissance complémentaire.

Le Conseil du patronat veut «éliminer les interventions de la santé publique»

Il demande plus de pouvoirs pour les employeurs dans un régime de santé et sécurité au travail jugé trop généreux.