Un conseiller de Jean-François Lisée part chez National

Publié le 29/04/2013 à 07:13

Un conseiller de Jean-François Lisée part chez National

Publié le 29/04/2013 à 07:13

Par La Presse Canadienne

Le ministre Jean-François Lisée perd un collaborateur. Son directeur de cabinet André Bouthillier a annoncé sa démission sur son compte Twitter, dimanche soir, indiquant qu'il retournait travailler dans le secteur privé.

M. Bouthillier deviendra vice-président, Grands projets et développement immobilier chez National, un cabinet de relations publiques pour lequel il a oeuvré pendant un peu plus de 12 ans, de 1987 à 1999. Il entrera en poste le 21 mai.

Cet ancien journaliste économique au Devoir avait brigué les suffrages sous la bannière du Parti québécois aux élections de septembre 2012 dans la circonscription de Soulanges, en Montérégie. Présenté comme un candidat-vedette par la chef péquiste Pauline Marois, il avait néanmoins échoué à se faire élire au détriment de la libérale Lucie Charlesbois, qui l'avait emporté avec 1514 voix d'avance.

M. Bouthillier avait été recruté peu de temps après sa défaite pour travailler auprès de Jean-François Lisée, ministre des Relations internationales, de la Francophonie, du commerce extérieur et responsable des dossiers montréalais.

 

 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

Le projet Énergie Saguenay a-t-il un avenir à long terme?

27/11/2020 | François Normand

ANALYSE — Le marché de l'énergie mute en Europe et en Asie, ce qui pourrait limiter la demande pour du GNL du Québec.

COVID-19: un général va coordonner la distribution des vaccins au Canada

27/11/2020 | AFP

Un général ayant dirigé les forces de l'OTAN en Irak coordonnera la distribution des vaccins contre la COVID au Canada.

Le prix des propriétés bondit dans la RMR de Montréal

27/11/2020 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les banlieues ont la cote en 2020 et l'intérêt pour les copropriétés sur l'île de Montréal diminue.