Sylvain Gaudreault demande un «plan Marshall» québécois

Publié le 01/04/2020 à 10:07

Sylvain Gaudreault demande un «plan Marshall» québécois

Publié le 01/04/2020 à 10:07

Par La Presse Canadienne
Sylvain Gaudreault

Cette sortie de crise doit être, selon Sylvain Gaudreault, l’occasion d’investir dans des « infrastructures vertes ».(Photo:Jacques Boissinot/ La Presse canadienne)

Le député et candidat à la direction du Parti québécois (PQ), Sylvain Gaudreault, appelle le gouvernement Legault à mettre en place un « plan Marshall » pour relancer l’économie du Québec après la crise du coronavirus.

M. Gaudreault fait ainsi allusion au vaste plan de reconstruction de l’Europe après la Deuxième Guerre mondiale, massivement financé par les États-Unis et baptisé du nom du secrétaire d’État George Marshall.

Le député péquiste de Jonquière souhaitait ainsi répliquer à l’escouade mise en place par le gouvernement caquiste en vue de l’après-crise.

En effet, selon ce qu’a révélé Québecor, François Legault a réuni autour de lui un comité de ses ministres économiques, Pierre Fitzgibbon (Économie), Eric Girard (Finances), Christian Dubé (Conseil du Trésor) et Jean Boulet (Travail), chargé de réévaluer les engagements électoraux et de stimuler la relance.

À (re)lire: Prévoir la relance du Québec inc. au lendemain de la COVID-19

Dans une publication diffusée par l’entremise de Facebook mardi après-midi, M. Gaudreault propose pour sa part d’élargir le projet de relance, en ajoutant les ministères de l’Environnement et de la Santé, et appelle à un « plan Marshall du 21e siècle ».

Cette sortie de crise doit être, selon lui, l’occasion d’investir dans des « infrastructures vertes », soit des projets de transport en commun, et non dans un projet de lien routier comme le futur tunnel Québec-Lévis que la Coalition avenir Québec (CAQ) s’est engagée à construire.

« On avait déjà une transition énergétique et écologique à faire : réduire notre dépendance au pétrole et les gaz à effets de serre », a-t-il dit en entrevue avec La Presse canadienne.

« Si on veut relancer l’économie au Québec, oui il faut investir dans les infrastructures, mais tant qu’à le faire faisons tout de suite le pas vers des infrastructures qui vont nous amener vers une réduction de l’impact carbone », a-t-il ajouté.

Le député de Jonquière réclame également des mesures pour les travailleurs qui seront affectés par la transition d’une économie fondée sur les hydrocarbures vers une économie verte.

En outre, il exige par la même occasion une véritable dévolution des pouvoirs aux régions. Et enfin, il réclame que chaque décision économique soit prise en fonction des coûts humains et financiers sur la santé publique.

Lors de sa conférence de presse quotidienne pour faire le point sur la lutte au coronavirus, M. Legault a par ailleurs indiqué que la relance économique passera en partie par l’accélération de certains projets de transport en commun, notamment dans les couronnes de la région métropolitaine.

« Tous les projets qu’on a dans le transport en commun, que ça soit Montréal, Longueuil, Laval, Québec, Gatineau, les autobus électriques dans les 20 grandes villes du Québec, je pense que ça va aider à ajouter rapidement des infrastructures. Donc, des contrats publics qui vont remplacer des contrats privés qui ne seront peut-être pas là, au rendez-vous, dès le redémarrage. »

Rappelons que la course à la direction du PQ a été suspendue en raison de la crise sanitaire actuelle.

 

Sur le même sujet

À la une

Crise des finances publiques? Quelle crise?

30/05/2020 | François Normand

ANALYSE - Quand il y a des crises graves, les gouvernements haussent les impôts. C'est la leçon du 20e siècle.

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

29/05/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.