Péréquation : Flaherty étonné de l'opposition du Québec

Publié le 16/01/2009 à 00:00

Péréquation : Flaherty étonné de l'opposition du Québec

Publié le 16/01/2009 à 00:00

Par La Presse Canadienne
La querelle sur la querelle est à l'avant-plan de la réunion fédérale-provinciale sur la crise économique, réunion de premiers ministres qui se tient vendredi à Ottawa. Jean Charest est arrivé à cette réunion, résolution unanime de l'assemblée nationale en main, en réclamant que les règles de péréquation ne changent pas.

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, étalait cependant sa surprise en arrivant à son tour à la réunion vendredi matin, affirmant que ce n'était pas la position prise par la province il y a quelques mois. Les conseillers du premier ministre Charest ont senti alors le besoin d'assurer que Québec se plaint de ce changement depuis belle lurette.

Début novembre, à quelques jours du déclenchement de la campagne électorale québécoise, le ministre Flaherty annonçait qu'il plafonnerait les versements de péréquation aux provinces défavorisées, dont le Québec.

A ce moment-là, son homologue québécoise Monique Jérôme-Forget déclarait: "Jusqu'à preuve du contraire, que la péréquation augmente suivant la formule de la croissance économique, ça m'apparaît une approche quand même raisonnable." Et elle calculait que Québec perdrait quelque 55 millions $ en 2009-2010. Plus tard, elle a révisé ce chiffre à la hausse, le portant à 75 millions $, alors que le Parti Québécois maintenait que c'est un milliard $ que Québec allait perdre ainsi.

Le gouvernement Charest refusait à ce moment-là de s'engager dans une querelle avec Ottawa et maintenait qu'il n'y avait pas là de problème majeur. Depuis, il a été réélu - majoritaire - et il semble tout à fait prêt maintenant à se lancer à fond dans cette bataille.

À la une

Frontière: MEQ exige la réciprocité entre le Canada et les É.-U.

Il y a 57 minutes | François Normand

En 2019, la valeur du commerce des biens et des services entre le Canada et les États-Unis s’est élevée à 887,9 G$CA.

L'automatisation créera de l'emploi, non le contraire!

Il y a 57 minutes | Sylvie Cloutier

BLOGUE INVITÉ. L'industrie a besoin d’une vision à long terme pour demeurer attrayante pour les prochaines générations.

La vision du jeu des affaires

Il y a 57 minutes | Marc Lavallée

En voyant l'entreprise comme un jeu infini, on favorise l'innovation et la croissance Ă  long terme.