Ottawa prolonge la PCU de huit semaines

Publié le 16/06/2020 à 12:46

Ottawa prolonge la PCU de huit semaines

Publié le 16/06/2020 à 12:46

Par La Presse Canadienne
Justin Trudeau

Justin Trudeau (Photo: La Presse canadienne)

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) sera disponible pour deux mois de plus. Le premier ministre Justin Trudeau en a fait l’annonce mardi matin.

«Certains secteurs vont rebondir plus rapidement que d’autres. Beaucoup de gens vont trouver du travail, mais ce ne sera pas tout le monde», a dit M. Trudeau pour justifier sa décision.

«Ça veut dire que si vous touchez la PCU et que vous ne pouvez pas retourner travailler — parce que vous n’arrivez pas à trouver du travail ou que ce n’est pas possible en ce moment — vous allez continuer de recevoir votre 2000 $ par mois», a−t−il détaillé.

On pourrait en comprendre que les critères pour recevoir cette aide resteront les mêmes. M. Trudeau a laissé cependant entendre que certains changements ont tout de même été apportés, par règlement, le projet de loi C−17 n’ayant pas pu être adopté la semaine dernière. Il n’a toutefois pas précisé quels changements.

«À l’intérieur du projet de loi, il y avait un renforcement de l’attestation qui obligeait les gens à vraiment chercher du travail. (...) Puisque ça n’a pas passé, il a fallu qu’on choisisse d’autres façons pour encourager les gens à chercher du travail», a dit M. Trudeau.

Le projet de loi C−17 aurait rendu la PCU inaccessible à quiconque refusait une offre «raisonnable» de retour au travail ou de nouveau travail. 

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) attend avec appréhension les détails de la prolongation de la PCU. Il a tout de même publié une première réaction à l’annonce du gouvernement fédéral. 

«En prolongeant la PCU, on donne un second souffle, mais un souffle bien court, pour les travailleurs et travailleuses sans emploi et sans accès à l’assurance−emploi. C’est peu, même si cela aidera nombre de travailleurs et travailleuses à passer les deux prochains mois», a déclaré Pierre Céré, porte−parole du CNC. 

Les néo−démocrates avaient réclamé une prolongation de la mesure et présentaient leur demande comme une condition pour leur appui à un vote de confiance sur les subsides, mercredi, aux Communes.

Les bloquistes continuaient, mardi matin, à réclamer des changements à la PCU afin qu’elle ne décourage pas le retour au travail.

«Dans sa forme actuelle, la PCU n’est pas très efficace pour favoriser le retour au travail parce qu’elle crée une espèce de barrière», a répété Yves−François Blanchet, lors d’un point de presse. Le chef bloquiste a rappelé qu’il propose qu’après les premiers 1000 $ gagnés, la moitié des gains d’emploi soient comptabilisés, afin que le travailleur ne perde pas trop brutalement son accès à la PCU.

 

Frontière canado−américaine 

Ottawa et Washington se sont entendus pour prolonger d’un autre mois les restrictions sur les déplacements entre les deux pays. 

Seuls les voyages essentiels continueront d’être permis, et ce, jusqu’au 21 juillet.

«C’est une décision qui va protéger les gens des deux côtés de la frontière alors qu’on continue la lutte contre la COVID−19», a déclaré M. Trudeau à son point de presse quotidien.

 

Travailleurs étrangers mexicains

Le Mexique a suspendu l’envoi de ses travailleurs agricoles au Canada, en attendant d’obtenir des informations précises sur le décès de deux d’entre eux en Ontario, morts de la COVID−19.

M. Trudeau a confirmé avoir discuté de ce dossier avec le président mexicain Andrés Manuel López Obrador il y a «quelques jours» et lui avoir dit que le Canada «travaille fort pour assurer la sécurité de tous les travailleurs». 

«Nous avons besoin de réfléchir à comment nous pouvons mieux protéger les travailleurs temporaires», a ajouté le premier ministre, lorsque la situation a été soulevée par un journaliste à son point de presse.

À la une

L'«optionalité» ou l'art de se ménager de nombreuses options

BLOGUE INVITÉ. Une entreprise qui jouit d’une excellente santé financière a sensiblement plus d’options devant elle.

Fraude: Tony Accurso et quatre entreprises écopent d’amendes totalisant 4,2M$

Mis à jour à 11:54 | lesaffaires.com

Tony Accurso et 4 entreprises auxquelles il était associé devront rembourser 4,2M$ au trésor public.

Action collective autorisée contre Desjardins

La cause porte sur des pertes de rendement à la suite de la crise financière de 2008.