Ottawa lâche le Fonds de solidarité et Fondaction

Publié le 21/03/2013 à 16:00, mis à jour le 21/03/2013 à 21:42

Ottawa lâche le Fonds de solidarité et Fondaction

Publié le 21/03/2013 à 16:00, mis à jour le 21/03/2013 à 21:42

Par Stéphane Rolland

Ce changement est « un moins bon choix » pour l’économie du Québec, croit Simon Tremblay-Pépin, chercheur de l’IRIS, un organisme de recherche associé aux idées de gauche. « On remet cette responsabilité au privé sans donner des objectifs sociaux ou de développement économique régional », dénonce-t-il.

La division québécoise de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes FCEI) « ne s’oppose pas » à cette décision même si certaines PME profitent des investissements des fonds de travailleurs, commente sa dirigeante, Martine Hébert, rencontrée au huis clos. « Les fonds de travailleurs ont déjà leur argent, répond-elle. Ils ne sont pas pauvres. Il faut rappeler que c’est une dépense fiscale importante pour le gouvernement. »

De plus, la décision du gouvernement apporte une certaine équité, car toutes les petites entreprises n’ont pas accès aux investissements des fonds de travailleurs, ajoute-t-elle.

Tout sur le budget fédéral 2013 :

Pouliot - Budget: Flaherty vient-il de tuer le Fonds de solidarité?

Offensive fiscale: Ottawa fait appel à la délation

Ottawa revient à 2015 pour l'équilibre, mais sans les promesses électorales

Infrastructures: rien pour stimuler l'économie

Formation : Québec devra ajuster ses programmes

Commission unique : Ottawa n'en démord pas

Ottawa donne un sérieux coup de pouce aux entreprises

Transfert d'entreprise : Ottawa sourit aux entrepreneurs

Entrepreneurs : les dividendes ordinaires moins avantageux

 

 

À la une

Pour en finir avec le populisme économique

ANALYSE. Miner la confiance des Canadiens à l'égard de la Banque du Canada est un jeu dangereux et malhonnête.

Bourse: Wall Street termine la semaine en hausse pour la première fois en deux mois

Mis à jour le 27/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de plus de 200 points.

La Banque Nationale surpasse les attentes tandis que l'horizon économique s'assombrit

Les résultats du plus récent trimestre de la Banque Nationale montraient des hausses de revenus pour tous ses secteurs.