Normandeau: le DPCP ne portera pas en appel le jugement

Publié le 26/10/2020 à 15:00

Normandeau: le DPCP ne portera pas en appel le jugement

Publié le 26/10/2020 à 15:00

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ne portera pas le jugement en appel dans le dossier de l’ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau.                

La décision a été annoncée lundi, après une « analyse approfondie du jugement » par l’équipe de procureurs au dossier ainsi que par le comité provincial des appels, a indiqué la porte-parole du DPCP, Audrey Roy-Cloutier.

Le 25 septembre dernier, le juge André Perreault, de la Cour du Québec, avait ordonné l’arrêt complet des procédures contre Nathalie Normandeau et ses coaccusés en raison de délais déraisonnables.

Cela a eu pour effet d’éviter un procès aux six coaccusés arrêtés en 2016 dans le cadre d’une enquête portant sur l’octroi de financement politique en échange de contrats publics.

Lundi, le DPCP a dit considérer qu’il ne sera pas en mesure de faire renverser ce jugement.

Il avait plaidé que les délais avaient été causés par des événements imprévisibles (des recours judiciaires et une enquête policière pendante) et devaient par conséquent être soustraits du calcul des délais.

Or, le juge Perreault n’a pas retenu cette interprétation. Il a estimé que le caractère déraisonnable du délai était attribuable à une inconduite policière reliée à des fuites dans l’espace public et que ce délai devait être imputé à l’État dans son ensemble.

 

À la une

Il faut faire la lumière sur Lithium Amérique du Nord

19/06/2021 | François Normand

ANALYSE. Les entreprises doivent pouvoir investir dans environnement d'affaires transparent et prévisible.

Seuls les fous ne changent jamais d'idée

18/06/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Warren Buffett est un bon exemple d'investisseur qui a su s'adapter au fil des années.

Le suspense persiste autour de Lithium Amérique du Nord

18/06/2021 | François Normand

Un juge de la Cour supérieure du Québec a reporté de 10 jours l'audience pour déterminer l'avenir de la minière.