Les salaires sont plus taxés aux États-Unis qu'au Canada

Publié le 14/05/2014 à 06:12

Les salaires sont plus taxés aux États-Unis qu'au Canada

Publié le 14/05/2014 à 06:12

Par Dominique Froment

Photo: Bloomberg

Si on demandait aux travailleurs canadiens s’ils croient que leur salaire est plus taxé que celui des Américains, probablement que la majorité d’entre eux répondraient «oui» sans hésitation. Eh bien, c’est faux !

L’écart n’est pas énorme, mais selon l’OCDE, les charges fiscales sur les salaires des travailleurs américains sont plus élevées que sur les salaires des Canadiens.

Précisons tout de suite que l’on parle ici des charges fiscales sur les salaires et non sur les autres types de revenus, comme les revenus de placement. Et les comparaisons portent sur le salaire moyen.

Ainsi, un célibataire canadien dont le salaire représente 67 % du salaire moyen versera des charges sociales totales de 26,3 %, soit 3,0 points de moins que le même travailleur aux États-Unis. L’écart est infime (0,2 point) s’il gagne le salaire moyen (31,1 %), mais il est toujours à l’avantage du travailleur canadien. Si ce même célibataire gagne 167 % du salaire moyen, il paiera 3,1 points de moins en charges fiscales au Canada (33,1 %) qu’aux États-Unis.

Même chose pour les couples

Prenons maintenant l’exemple de couples. Avec un seul salaire, deux enfants et le salaire moyen, les charges fiscales du couple canadien seront de 18,7 %, comparativement à 20,3 % pour le couple américain.

Si l’un des membres du couple gagne le salaire moyen et son conjoint le tiers du salaire moyen, avec deux enfants, le couple canadien paiera 0,8 point de moins (24,1 %) que le couple américain. Une seule exception : si le deuxième conjoint gagne les deux tiers du salaire moyen, l’écart de 0,6 % passe à l’avantage du couple américain.

Dans le cas d’un couple sans enfant dont l’un toucherait le salaire moyen et l’autre le tiers de celui-ci, l’écart à l’avantage des travailleurs canadiens serait de 1,9 point (27,9 %).

Un ménage monoparental canadien avec deux enfants et un salaire représentant les deux tiers du salaire moyen jouirait d’un avantage considérable de 17,4 points par rapport à un travailleur américain dans la même situation.

Le tableau de l’OCDE confirme ce dont on se doutait un peu : les charges fiscales sont beaucoup plus élevées en Europe de l’Ouest qu’en Amérique du Nord, particulièrement en Belgique et en France. Un célibataire au salaire moyen assumera 55,8 % de charges fiscales en Belgique, comparativement 31,1 % au Canada.

L’écart a été réduit depuis 20 ans

François Vaillancourt, fellow au CIRANO, reconnaît que la perception des Canadiens à l’effet qu’ils paient plus d’impôt sur leur salaire que les Américains est fausse lorsqu’il s’agit du salaire moyen.

«Quand ils parlent d’impôt, les gens pensent tout de suite au taux marginal le plus élevé. Mais ils oublient que ce taux maximum est atteint aux environs de 120 000 $ au Canada contre environ 250 000 $ aux États-Unis», explique M. Vaillancourt.

Le professeur émérite au Département des sciences économiques de l’Université de Montréal rappelle aussi que les travailleurs Américains doivent supporter la Social Security, l’équivalent de notre Régime de rentes du Québec, une taxe très élevée qui, contrairement à la nôtre, n’est pas capitalisée.

«Depuis une vingtaine d’années, au point de vue fiscal, les Américains sont devenus un peu plus Canadiens alors que les Canadiens sont devenus un peu plus Américains, souligne M. Vaillancourt. Si bien que l’écart s’est sensiblement rétréci.»

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street monte à la fin d'une journée en dents de scie

Mis à jour à 16:59 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Si les indices ont fini dans le vert, le marché a joué aux montagnes russes.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

08:25 | LesAffaires.com et AFP

«Quand on regarde les fondamentaux économiques, il est difficile de continuer à éprouver de l’appétit pour le risque.»

Titres en action: Air Transat, Airbus, Alcoa, Facebook, Boohoo

Mis à jour à 16:50 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.