Les Canadiens profiteraient financièrement d'une taxe carbone

Publié le 26/09/2018 à 09:55

Les Canadiens profiteraient financièrement d'une taxe carbone

Publié le 26/09/2018 à 09:55

Par La Presse Canadienne

[Photo: 123rf]

Les Canadiens pourraient profiter financièrement d'une taxe sur le carbone imposée par le gouvernement fédéral, conclut la plus récente étude sur cette politique, à un moment où la compréhension des options de réduction des émissions continue d'évoluer.


L'étude de Mark Cameron, le directeur général du groupe de promotion de la taxe sur le carbone Clean Prosperity, indique que les individus dans presque toutes les tranches de revenus recevraient plus d'argent qu'ils n'en payeraient en taxes sur le carbone, car les entreprises assujetties à la taxe ne seraient pas remboursées.


Le premier ministre Justin Trudeau s'est engagé à imposer une taxe sur le carbone aux provinces qui n'auront pas leur propre tarification des émissions, à partir de 20 $ l'an prochain, et a déclaré qu'il pourrait remettre les revenus directement aux citoyens.


L'étude de M. Cameron publiée cette semaine révèle que les ménages à faible revenu bénéficieraient le plus d'une telle politique. Les personnes ayant un revenu inférieur à 20 000 $ bénéficieraient d'un bénéfice net de 195 $ en Ontario et de 831 $ en Saskatchewan l'année prochaine, deux provinces sans taxe sur le carbone, tandis que les ménages gagnant plus de 150 000 $ recevraient respectivement 2 $ et 621 $.


Les taxes sur le carbone visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre responsables du changement climatique. Les gouvernements fixent un prix, généralement par tonne de dioxyde de carbone, à la charge des émetteurs. Les recettes tirées de la taxe sur le carburant, le chauffage et les autres sources d'énergie à base de carbone sont ensuite utilisées de diverses manières: réduction de l'impôt sur le revenu, financement des programmes d'efficacité énergétique en Alberta ou recettes générales dans le cas de l'Irlande.


L'idée est qu'en mettant un prix sur la pollution, les gens et les entreprises peuvent trouver leurs propres moyens les moins coûteux pour réduire les émissions. Le prix stimule également la demande d'alternatives à faible teneur en carbone, stimulant l'innovation.


Pour rendre la taxe plus acceptable, certains gouvernements ont essayé de la rendre à coût neutre. Cependant, la plupart des gouvernements ont trouvé trop alléchants les milliards de dollars générés par les taxes sur le carbone, ce qui renforce la critique selon laquelle tout cela serait une ponction financière du gouvernement.


L'Alberta a utilisé une partie des revenus de sa taxe sur le carbone pour redonner de l'argent aux ménages à revenu faible ou intermédiaire, mais comme l'Ontario et le Québec, elle a également détourné de l'argent du carbone vers d'autres initiatives climatiques.


L'utilisation des systèmes de plafonnement et d'échange au Québec et jusqu'à récemment en Ontario, où les entreprises se voient imposer des limites d'émission et les sociétés moins émettrices peuvent vendre une part de leurs quotas à d'autres, est un système trop complexe pour que les électeurs le comprennent suffisamment bien pour pouvoir s'y opposer.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

Les ventes des grossistes canadiens ont avancé de 0,3% en février

Les économistes s’attendaient en moyenne à un gain de 0,1 % pour ce mois.

À la une

Foodarom, ou les parfumeurs de l'industrie agroalimentaire

Il y a 44 minutes | Matthieu Charest

PME DE LA SEMAINE. La PME de Longueuil parfume nos aliments, de l’Allemagne à l’Italie en passant par les États-Unis.

L'IA militarisée se glisse en douce dans C2 Montréal!

CHRONIQUE. J'y ai aperçu la face cachée de l'intelligence artificielle, et ça m'a donné froid dans le dos...

À quoi tient notre avenir? À la beauté!

22/05/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. La preuve par l'exemple avec le designer Daan Roosegaarde, de passage à C2 Montréal...