Legault courtisera de nouveaux investisseurs étrangers en France

Publié le 15/01/2019 à 16:20

Legault courtisera de nouveaux investisseurs étrangers en France

Publié le 15/01/2019 à 16:20

Par La Presse Canadienne
François Legault

François Legault (Photo: Getty Images)

À l’occasion de sa première mission européenne, qui débute ce week-end, la priorité numéro un du premier ministre François Legault sera la prospection d’investisseurs étrangers, selon ce qu’a appris La Presse canadienne, mardi, de diverses sources.

Le point d’orgue de cette mission sera la tenue d’un grand dîner-conférence, mardi, à la Bourse de Paris, devant 350 convives triés sur le volet, en majorité issus de la crème du monde des affaires de l’Hexagone.

Le premier ministre s’envole vendredi en direction de Paris, première étape d’une mission en deux temps qui le conduira ensuite à Davos, en Suisse, où il assistera au Forum économique mondial à compter de mercredi.

Si les rencontres à caractère politique sont nombreuses à Paris, dont celle avec le président français Emmanuel Macron, l’objectif premier du séjour sera avant tout économique, incluant un cortège de rencontres avec un grand nombre de dirigeants de multinationales françaises qui seront invités à investir au Québec et à donner une nouvelle impulsion aux échanges commerciaux entre les deux États amis.

Parenthèse culturelle: M. Legault profitera de sa présence à Paris pour s’entretenir dimanche avec l’écrivain Dany Laferrière, membre de l’Académie française.

En soirée dimanche, le premier ministre entreprendra un marathon d’entretiens avec quelques dirigeants de grandes sociétés françaises abonnées du CAC 40 (l’indice boursier qui affiche les performances de 40 des plus grandes sociétés françaises cotées en Bourse, représentant les différents secteurs d’activité).

Legault à l’Élysée

La journée du lundi 21 sera consacrée aux échanges politiques et diplomatiques. Le premier ministre Legault se rendra d’abord à l’Élysée saluer le président Macron, avant de s’entretenir avec le premier ministre Édouard Philippe, le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferran, et le président du Sénat, Gérard L’Archer.

Le mardi 22 sera centré sur la prospection d’investisseurs, M. Legault multipliant les occasions de se poser en premier ministre « économique ».

Geste symbolisant l’orientation qu’il veut donner à la relation Québec-France, le premier ministre se rendra à la Bourse de Paris. Il y présidera un grand dîner-conférence, organisé par la Délégation du Québec à Paris, auquel seront conviés quelques centaines de partenaires français du Québec, principalement des gens d’affaires perçus comme de potentiels investisseurs.

Dans son discours, il va alors insister sur l’importance d’intensifier les relations commerciales entre le Québec et la France, tout en posant le Québec comme une terre d’accueil propice aux investissements étrangers.

La France au 6e rang

Compte tenu de la longue histoire d’amitié entre le Québec et la France, qui ont des relations directes et fécondes depuis des décennies, on pourrait croire que les échanges commerciaux entre les deux États sont à l’avenant. Or, il n’en est rien.

En une année, le Québec transige davantage avec l’État américain du Texas qu’avec la France tout entière.

En 2017, les échanges commerciaux entre le Québec et la France plafonnaient à 4,5 milliards $. Ils atteignaient plus du double (10,8 milliards $) avec le Texas, en 2015.

L’avenir économique du Québec repose en bonne partie sur sa capacité à exporter. Or, sur ce plan, la France est en joueur marginal. En 2017, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de la France s’établissait à 1,7 milliard $, soit à peine 2,5 % du total de nos exportations vers l’étranger.

La France se classe en fait au 6e rang des partenaires commerciaux du Québec à l’échelle internationale.

Le premier ministre Legault a donc toute une côte à remonter, s’il veut infléchir la tendance.

Durant son séjour, M. Legault sera accompagné par la ministre des Relations internationales, Nadine Girault, et par le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

Mercredi matin, il quittera la France en direction de la Suisse pour participer au 49e Forum économique mondial de Davos, autour du thème de la globalisation. L’événement regroupe chaque année les dirigeants politiques et économiques du monde entier.


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

L'IA tue impitoyablement nos jobs. Voici comment!

18/02/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Non, l'intelligence artificielle n'est pas synonyme de progrès, mais de dévastation pour l'emploi.

L'industrie pétrolière pourrait créer une crise financière, selon un rapport gouvernemental

14/02/2020 | François Normand

Un rapport-choc d'une agence gouvernementale finlandaise fait jaser de plus en plus dans le secteur de l'énergie.

À la une

Les régimes de retraite et les véhicules immobilisés sont-ils flexibles?

21/02/2020 | Dany Provost

BLOGUE INVITÉ. Peu importe le type de régime de retraite, les sommes qu’on accumule à l’intérieur sont «immobilisées».

Les blocages «doivent être levés maintenant», dit Trudeau

21/02/2020 | AFP

« La situation actuelle est inacceptable et intenable », a déclaré M. Trudeau lors d’une conférence de presse.

Retarder la gratification immédiate en Bourse

BLOGUE INVITÉ. En ces temps de gratification instantanée, l'art de retarder la gratification se perd tranquillement.