Le gouvernement Legault jouerait au yo-yo avec la population

Publié le 01/04/2021 à 13:52

Le gouvernement Legault jouerait au yo-yo avec la population

Publié le 01/04/2021 à 13:52

Par La Presse Canadienne
Dominique Anglade

« Le premier ministre était à réduire et à traiter le Collège des médecins de vulgaires gérants d’estrade », déplore Dominique Anglade. (Photo: Jacques Boissinot pour La Presse canadienne)

Le gouvernement Legault a péché par excès d’optimisme et est à blâmer pour la situation actuelle qui voit Québec, Lévis et Gatineau reconfinés, dénoncent les partis d’opposition. 

Le Parti libéral du Québec (PLQ), Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) ont tous critiqué, jeudi, le discours optimiste du gouvernement, qui a encouragé le relâchement dans la population, selon eux.

Ils s’entendent pour dire que le premier ministre François Legault n’aurait jamais dû déclarer la semaine dernière que le Québec résistait à la troisième vague.

Le Québec n’est pas une île, a martelé en point de presse la cheffe du PLQ, Dominique Anglade, qui accuse M. Legault d’avoir ignoré les nombreux signaux d’alarme provenant notamment du Collège des médecins.

« Le premier ministre était à réduire et à traiter le Collège des médecins de vulgaires gérants d’estrade », a-t-elle déploré, soulignant le gâchis que cela représentait à présent pour des restaurateurs qu’elle a vus « en pleurs ». 

« Le gouvernement doit mettre fin à cette ambiance d’improvisation qui n’a franchement plus sa place. (…) Rien n’excuse la gestion chaotique. (…) Il est en train de jouer au yo-yo avec le moral de la population », a-t-elle renchéri.

 

« Aujourd’hui, on n’a ni pilote ni équipage. »

François Legault s’est fait rassurant au cours des derniers jours, en faisant valoir qu’au-delà de la hausse du nombre de cas de COVID-19, il fallait tenir compte du nombre d’hospitalisations, qui lui était stable.

Mardi, le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, a déclaré à La Presse que Québec n’allait pas « serrer la vis », qu’on pouvait monter « jusqu’à 2000 cas par jour » et qu’il ne fallait pas « paniquer ».

Vingt-quatre heures plus tard, le gouvernement effectuait un virage à 180 degrés en annonçant que trois villes, Québec, Lévis et Gatineau, où la situation est jugée « critique », seront reconfinées jusqu’au 12 avril.

Tous les commerces non essentiels, en plus des écoles primaires et secondaires, seront fermés.

En fait, quatre régions retournent au palier rouge à partir de jeudi à 20 heures: les régions du Bas-Saint-Laurent, de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches et de l’Outaouais.

« Comment les gens sont censés adhérer aux mesures si le discours virevolte comme une feuille au vent? » a demandé le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois.  

« L’effet yo-yo, là, ce n’est pas juste un problème de communication, ça épuise les gens. Les gens sont épuisés par la valse des confinements et des reconfinements. »

De son côté, le porte-parole du PQ en santé, Joël Arseneau, prévient que la grande région de Montréal sera peut-être la prochaine à « subir les conséquences » de l’« insouciance » du gouvernement.

« Je ne vois pas le gouvernement, aujourd’hui, partager ces préoccupations−là en s’enferrant dans des décisions qui sont contestables sur l’idée, par exemple, du retour à l’école des jeunes à tous les jours, ou encore l’ouverture des lieux de culte à 250 personnes », a-t-il affirmé.

 

Legault se défend

À la période des questions, jeudi, le premier ministre Legault a défendu les mesures qu’il a prises de manière ciblée, dit-il, dans certaines régions ayant connu des « explosions » de cas de COVID-19.

Il a fait valoir que la situation était stable au Saguenay–Lac-Saint-Jean, en Estrie, à Montréal, en Montérégie et en Abitibi-Témiscamingue. 

Les cas de COVID-19 sont également en baisse dans la région de la Mauricie–Centre-du-Québec, à Laval, dans Lanaudière et les Laurentides, a-t-il affirmé.

« Donc, M. le Président, il y a eu une hausse rapide dans quatre régions. On a pris des décisions fortes rapidement, beaucoup plus rapidement que ce qui s’est fait dans d’autres provinces. »

 

À la une

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.