Le Canada refuse des quotas sur l'acier et l'aluminium

Publié le 19/10/2018 à 11:13

Le Canada refuse des quotas sur l'acier et l'aluminium

Publié le 19/10/2018 à 11:13

Par La Presse Canadienne

[Photo:123rf]

Une source canadienne proche des négociations en cours pour résoudre les tarifs américains sur l’acier et l’aluminium assure que le Canada n’est pas sur le point d’accepter des quotas ou d’autres limites sur ses exportations afin de faire disparaître ces tarifs.

La source, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat afin de pouvoir discuter de négociations délicates, affirme que l’idée d’un système de quotas est ridicule et qu’il s’agit d’une concession que le Canada n’est pas disposé à faire.

D’autres sources affirment toutefois que des quotas ont été mis sur la table alors que les deux parties travaillent à la levée des tarifs avant que les électeurs du sud de la frontière se rendent aux urnes pour les élections de mi-mandat le 6 novembre.

Donald Trump a imposé les soi-disant droits de douane — 25 % sur l’acier et 10 % sur l’aluminium — en juin pour des raisons de sécurité nationale.

Mais ces tarifs qui, selon le président américain, ont contribué à l’élaboration d’un nouvel accord commercial nord-américain, n’ont pas disparu lorsque l’accord États-Unis-Mexique-Canada a été conclu à la toute dernière minute, le mois dernier.

Le Canada a imposé des droits de rétorsion sur des importations américaines d’une valeur de près de 13 milliards $, des mesures qui font mal dans des endroits comme le Kentucky, l’État du chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell et de Kelly Craft, l’ambassadrice des États-Unis au Canada.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

À la une

Comment Impak Finance a adapté sa stratégie à la réalité

BLOGUE. Cette fintech voulait lancer une banque pour financer l'économie d'impact. Il a fallu trouver un autre chemin.

À surveiller: Bombardier, MEG Energy et Sherwin Williams

08:59 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Bombardier, MEG Energy Corp et Sherwin Williams ? Voici quelques recommandations qui ...

Petits rectificatifs (et gentils coups de gueule)

Le chroniqueur peut faire un choix de mots qu'il regrette. Comme cette fois-là... Rectifions .