La réforme de l'assurance-emploi ira de l'avant malgré un scrutin

Publié le 21/07/2021 à 12:00

La réforme de l'assurance-emploi ira de l'avant malgré un scrutin

Publié le 21/07/2021 à 12:00

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

La ministre fédérale de l’Emploi, Carla Qualtrough, soutient que l’examen annoncé de tout le régime d’assurance-emploi se poursuivra même si le Canada est plongé en campagne électorale.

Selon Mme Qualtrough, les consultations commenceront le mois prochain sur la façon dont le système tentaculaire, vieux de plusieurs décennies, peut être modernisé, alors que des lacunes ont été mises au jour par la pandémie de COVID-19.

Mais des organisations syndicales et patronales craignent que des élections fédérales anticipées ne viennent freiner cet examen tant souhaité.

En entrevue à La Presse Canadienne, la ministre Qualtrough assure que les fonctionnaires du ministère entameront les consultations et qu’ils les poursuivront même si une campagne électorale est déclenchée.

La ministre de l’Emploi précise que le gouvernement ne souhaite pas que cet examen prenne des années et que les consultations se concentreront sur quelques questions clés.

Il faudra, selon elle, déterminer notamment qui peut bénéficier du régime, si la valeur des prestations doit changer et comment financer tout changement, puisque ce sont actuellement les employeurs et les travailleurs, depuis 1990, qui financent le régime d’assurance-emploi, au moyen de cotisations liées aux chèques de paie.

À la une

Le prix du bois d'oeuvre fait bondir les profits de Résolu

Il y a 44 minutes | La Presse Canadienne

«Nous croyons en la prospérité à long terme de notre secteur (des) produits du bois», a dit Rémi Lalonde.

Interruption de TVA Sports durant les séries: Québecor déboutée en cour

Le CRTC avait raison d'obliger Québecor à fournir le signal de TVA Sports aux abonnés de Bell, tranche le tribunal.

L'économie américaine a retrouvé son niveau d'avant-crise

Mis à jour il y a 23 minutes | AFP

Le produit intérieur brut (PIB) est en effet plus élevé qu’il ne l’était au quatrième trimestre 2019.