Jacynthe Côté présidera le conseil d'administration de Hydro-Québec

Publié le 06/11/2018 à 19:19

Jacynthe Côté présidera le conseil d'administration de Hydro-Québec

Publié le 06/11/2018 à 19:19

Par La Presse Canadienne

Jacynthe Côté (Photo: Benjamin Nantel)

Jacynthe Côté deviendra la nouvelle présidente du conseil d'administration d'Hydro-Québec.


Le gouvernement Legault en fera l'annonce mercredi à l'issue de la séance du conseil des ministres, selon ce qu'a confirmé une source gouvernementale mardi.


La gestionnaire issue de la multinationale Rio Tinto succédera à Michael Penner, qui a claqué la porte lundi. M. Penner a argué qu'il y avait un bris de confiance entre lui et le président de la société d'État, Éric Martel, selon ce que rapportent des médias.


Originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mme Côté a derrière elle un long bagage d'administratrice. Elle a été longtemps une dirigeante d'Alcan, où elle est entrée en 1988, avant que le géant de l'aluminium ne soit racheté par Rio Tinto.


Elle a été notamment présidente et chef de la direction du nouveau groupe Rio Tinto Alcan de 2009 à 2014. Mme Côté était également au conseil d'administration de la pétrolière Suncor.


Mardi matin, en conférence de presse à Québec concernant une découverte archéologique, le premier ministre avait dit qu'il voulait des gens «compétents» pour succéder à M. Penner.


«Hydro-Québec est une grande organisation qui mérite d'avoir des administrateurs qui ont de l'expérience dans de grandes organisations, qui connaissent les règles de gouvernance d'une grande organisation, donc on va s'assurer que les personnes qui siègent au conseil d'administration, en particulier à la présidence, aient cette expérience et cette compétence», a-t-il évoqué en matinée avant l'annonce.


Mission aux États-Unis


M. Legault partira en mission la semaine prochaine aux États-Unis avec son ministre de l'Énergie, Jonatan Julien. On peut présumer qu'il sera question d'exportation d'électricité, puisque c'est une des obsessions du premier ministre, qui veut écouler les surplus d'Hydro.


M. Legault se rendra au Massachusetts et au New Hampshire les mercredi 14 et jeudi 15 pour y rencontrer «d'importants acteurs politiques et économiques», selon ce qu'on peut lire dans le communiqué. Le 13, avant de partir, il rencontrera le gouverneur du Vermont à Montréal. 


Rappelons que le Massachusetts et le New Hampshire, et plus largement la Nouvelle-Angleterre, étaient visés par le projet Northern Pass. Hydro-Québec devait par ce projet de ligne de transport alimenter les deux États, mais le Massachusetts a finalement écarté le projet. Un autre projet de ligne a plutôt été retenu par cet État, le New England Clean Energy Connect, réalisé par une société du Maine. Il s'agirait d'un contrat d'approvisionnement de 20 ans qui pourrait générer des revenus de 10 milliards $. 


Et l'Ontario? 


Mardi matin, M. Legault a également évoqué ses visées concernant l'Ontario. Il a rappelé que cette province voisine allait devoir investir 20 milliards $ pour rénover ses centrales nucléaires.


Mais selon lui, l'Ontario pourrait potentiellement s'en tirer à meilleur compte en achetant l'électricité du Québec. Il a fait savoir qu'il allait essayer de rencontrer le premier ministre conservateur Doug Ford dans les prochaines semaines pour en discuter. 


Churchill Falls


Par ailleurs, le premier ministre est revenu sur la décision historique de la Cour suprême rendue la semaine dernière, qui donne raison à Hydro-Québec contre Terre-Neuve-et-Labrador, concernant le barrage de Churchill Falls (Labrador).


Terre-Neuve-et-Labrador a contesté sans succès depuis des décennies les conditions de cette entente qui permet à Hydro-Québec d'acheter l'électricité du barrage à un prix ridiculement bas jusqu'en 2041. 


Le premier ministre François Legault a reconnu, mardi, qu'il ne pourra pas renouveler l'entente avec des conditions si avantageuses. M. Legault a dit qu'il faut regarder d'autres options, comme de conjuguer le barrage, l'efficacité énergétique et l'éolien.


Il a aussi souligné qu'il fallait commencer à y penser, puisqu'il faut 10 à 15 ans pour compléter un projet de barrage hydro-électrique, en comptant l'obtention des autorisations.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Hydro-Québec remettra 170 M$US au Maine

Cette somme sera remise si le Maine accepte qu'une ligne de transport traverse son territoire.

Hydro-Québec versera son deuxième plus important dividende dans les coffres de l'État

La société d’État a dévoilé mercredi un bénéfice net de 3,19 milliards $, en progression de 12 % par rapport à 2017.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.