Économie : Marois prête à travailler avec Charest

Publié le 09/12/2008 à 00:00

Économie : Marois prête à travailler avec Charest

Publié le 09/12/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne
Au lendemain de l'élection qui a fermement remis le Parti québécois en selle à titre d'opposition officielle à Québec, Mme Marois a cependant averti le premier ministre qu'il devrait rapidement faire la preuve qu'une élection était nécessaire pour s'attaquer aux problèmes économiques.

La chef péquiste n'a par ailleurs pas caché sa forte déception face au faible taux de participation, qui n'a atteint que 57 pour cent, blâmant M. Charest de n'avoir pas écouté la population qui ne voulait apparemment pas d'une autre élection précipitée.

En contrepartie, Mme Marois a reconnu que ce scrutin lui avait permis de redonner à son parti l'élan qui lui faisait défaut depuis quelques années.

Invitée à commenter l'élection d'un premier député de Québec solidaire, Amir Khadir, dans un comté traditionnellement péquiste, Mme Marois a dit croire qu'il serait possible de travailler avec le nouveau député puisqu'il est souverainiste.

Quant à l'Action démocratique, la chef péquiste n'a pas caché sa réticence face à l'idée de lui accorder le statut de parti reconnu à l'Assemblée nationale. Elle a fait valoir que le parti de Mario Dumont, avec sept sièges et 17 pour cent d'appui de l'électorat, était un peu loin, selon son expression, de la barre des 12 sièges ou 20 pour cent des suffrages requis pour obtenir ce statut.

À la une

Un truc génial pour toujours choisir la bonne file d'attente!

CHRONIQUE. Noël approche, et avec lui la saison des interminables files d'attente. À moins de connaître cette astuce!

Garder la tête haute en entrant dans la «maison des exclus»

Il y a 16 minutes | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Retour sur une soirée d'élimination qui a finalement été le début d'une grande aventure.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Il y a 23 minutes | LesAffaires.com et AFP

«Il faut conserver à l'esprit que Donald Trump a le dernier mot.»