Dubaï obtient une aide d'Abou Dhabi

Publié le 14/12/2009 à 14:40

Dubaï obtient une aide d'Abou Dhabi

Publié le 14/12/2009 à 14:40

Par La Presse Canadienne

La cité-État de Dubaï a reçu une aide de l'Émirat voisin d'Abou Dhabi. Photo: Nakheel

Le gouvernement de Dubaï a annoncé lundi avoir obtenu une aide d'urgence de 10 milliards $ US de son voisin Abou Dhabi, pour rembourser une partie de la dette du conglomérat public Dubaï World.

Le conglomérat était confronté à une échéance expirant lundi pour le remboursement de prêts contractés par sa filiale immobilière Nakheel. Quelque 4,1 milliards $ US provenant de l'aide d'urgence devaient servir à honorer ces engagements.

La cité-État en difficultés a précisé que la somme restante serait utilisée pour soutenir Dubaï World jusqu'à la fin avril et payer des factures dues à "des créanciers commerciaux et entrepreneurs existants".

La décision d'Abou Dhabi, un des États-membres des Émirats arabes unis (EAU), de voler au secours de son voisin, est le signe le plus clair depuis des mois qu'il est disposé à soutenir Dubaï, au moins en partie. Abou Dhabi détient quasiment toute la richesse pétrolière des EAU, dont il est l'émirat le plus riche.

La nouvelle a été saluée par les investisseurs. Le principal indice du marché financier de Dubaï était en forte hausse de 10,4 pour cent en début d'après-midi. La bourse d'Abou Dhabi gagnait de son côté 7,8 pour cent, et les marchés boursiers en Asie ont rebondi après l'annonce de l'aide reçue par Dubaï.

La crise financière que connaît Dubaï, qui doit à ses créanciers 80 milliards $ US, dette de Dubaï World incluse, est apparue au grand jour fin novembre lorsque le grand conglomérat a annoncé chercher de nouvelles conditions pour le remboursement d'environ 26 milliards $ US.

À la une

Quels sont les détaillants qui vous font sentir en sécurité?

Peu d’entre eux auraient pourtant fait preuve de réelle innovation dans leur façon de s’approprier les consignes.

Bourse: comment s'inspirer des plus grands investisseurs de l'histoire

BALADO. François Rochon commente les philosophies de Philip Fisher, Peter Lynch, Benjamin Graham et Warren Buffett.

À surveiller: Banque Nationale, Saputo, Stingray

Que faire avec les titres de Banque Nationale, Saputo et Stingray? Voici quelques recommandations d’analystes.