Donald Trump presse les démocrates au Congrès de ratifier l'ACEUM

Publié le 03/12/2019 à 13:23

Donald Trump presse les démocrates au Congrès de ratifier l'ACEUM

Publié le 03/12/2019 à 13:23

Par La Presse Canadienne

Donald Trump (Photo: Getty Images)

Le président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré mardi que les élus au Congrès devaient ratifier le nouvel accord de libre-échange nord-américain avant que le Mexique et le Canada ne se lassent et tournent le dos à l’entente commerciale.

M. Trump a rencontré le premier ministre Justin Trudeau à Londres mardi après-midi, en marge du sommet des dirigeants de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Lors d’un point de presse conjoint, M. Trump a déclaré qu’il ne reprocherait pas à M. Trudeau ou au président du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, de se retirer alors que l’accord attend le feu vert du Congrès américain.

Les démocrates qui contrôlent la Chambre des représentants américains n’ont pas encore soumis au vote des élus l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) en raison de préoccupations concernant l’application de normes environnementales et de normes du travail pour les employeurs mexicains. Le président Trump, qui est visé par une enquête de destitution de la même chambre, tente de faire pression depuis des mois sur les représentants démocrates pour que le dossier de l’ACEUM progresse.

« Nous sommes impatients de pouvoir voter sur l’ACEUM. Cela fait un certain temps déjà qu’il est (sur la table) », a déclaré M. Trump, conscient que MM. Lopez Obrador et Trudeau pourraient « se lasser » de nouveaux retards. « Ils pourraient dire : “Regardez, oublions cet accord”, et je comprendrais si vous le faisiez », a déclaré M. Trump en s’adressant à M. Trudeau. « Cela fait six ou sept mois que (l’accord) est devant le Congrès et c’est une très bonne affaire pour tout le monde. Alors, espérons qu’ils puissent le (ratifier), et rapidement. »

Assis à côté de M. Trump, Justin Trudeau s’est dit convaincu que la relation entre le Canada et les États-Unis n’avait jamais été aussi forte. Il a refusé de répondre à la question d’un journaliste qui demandait s’il avait menacé d’abandonner l’accord commercial face à la lenteur du Congrès américain. « Nous avons eu beaucoup de discussions intéressantes sur la manière dont nous allons continuer

à aller de l’avant au bénéfice des travailleurs des trois pays, et nous sommes convaincus que nous pourrons y arriver », a déclaré M. Trudeau.

Les négociateurs principaux des trois pays se sont rencontrés pendant plusieurs jours, la semaine dernière, pour tenter de s’entendre sur des améliorations susceptibles d’obtenir l’approbation du Congrès. Le premier ministre a loué mardi le travail qui est accompli par les États-Unis, le Canada et le Mexique pour faire ratifier l’accord par les législatures des trois pays. « Nous espérons vraiment que nous aurons de bonnes nouvelles bientôt », a déclaré M. Trudeau.

Les dirigeants des trois pays ont signé l’accord il y a un an, mais l’ACEUM n’entrera en vigueur qu’après sa ratification par leur législature respective. Le Mexique a déjà ratifié l’accord et le Canada s’est engagé à le faire « en tandem » avec les États-Unis. Les libéraux de Justin Trudeau avaient présenté un projet de loi de ratification à la Chambre des communes plus tôt cette année, mais aucun progrès n’a été réalisé avant qu’il ne meure au feuilleton lors du déclenchement des élections en septembre.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...