Des champions, oui, mais à quel prix?

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Des champions, oui, mais à quel prix?

Offert par Les Affaires


Édition du 25 Octobre 2014

Dans un tel contexte, le Québec doit déterminer les secteurs névralgiques dans lesquels il détient des sources d'avantages concurrentiels et doit ensuite les soutenir. En d'autres termes, nous devons agir de façon stratégique et éviter les mesures uniformes qui s'appliqueraient aveuglément à tous les secteurs d'activité, sans égard à nos sources d'avantages concurrentiels.

Une ville comme Montréal doit miser sur des secteurs d'excellence spécifiques et difficiles à imiter et doit les développer, parce qu'elle n'est pas d'emblée sur l'écran radar des grandes entreprises et des investisseurs. Montréal est une métropole qui s'apparente davantage à Boston, Seattle, Philadelphie et Melbourne, comme le rappelait d'ailleurs le rapport de la BMO l'hiver dernier sur la relance de Montréal. Ce rapport démontre bien que les villes comparables à Montréal, qui ont été considérées aux fins de l'étude, sont parvenues à se sortir d'une période de marasme ou de morosité en misant sur des secteurs d'activité spécifiques, en se donnant une personnalité économique unique et forte.

En ce sens, un retrait aveugle et complet de l'État dans tous les domaines, même dans les grappes industrielles qui donnent à Montréal un positionnement unique et une vigueur économique, pourrait être catastrophique.

À surveiller...

Dans chaque chronique, je vous fais découvrir une entreprise à surveiller qui est issue de la génération Y et qui réinvente son secteur d’activité. Cette semaine, j’ai choisi BiogeniQ. Pourquoi : L’entreprise pratique une médecine préventive personnalisée fondée sur les avancées scientifiques dans le domaine génétique. Chaque année, 100 000 personnes meurent et 2,4 millions sont hospitalisés en raison d’effets secondaires de médicaments. La génétique permet de répondre en grande partie au problème « one size does not fit all », selon lequel tous n’ont pas les mêmes besoins.

Principal défi : Pour convaincre la médecine traditionnelle d’adopter une nouvelle technologie grâce à laquelle les bénéfices dépassent les risques, cette technologie doit être infaillible.

Paul St-Pierre Plamondon est vice-président de Delegatus services juridiques, une firme de 25 avocats issus des grands cabinets, dont la mission est de servir le Québec inc. Il est chroniqueur politique, entre autres à l’émission Bazzo.tv à Télé-Québec. En 2007, il a cofondé l’organisme Génération d’idées, qui se donne pour mission d’intéresser les 20 à 35 ans au débat public.

À la une

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.