Contrats en TI : les fonctionnaires réclament une enquête publique

Publié le 15/01/2013 à 13:56, mis à jour le 15/01/2013 à 17:45

Contrats en TI : les fonctionnaires réclament une enquête publique

Publié le 15/01/2013 à 13:56, mis à jour le 15/01/2013 à 17:45

Par Valérie Lesage

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec demande formellement au gouvernement Marois la tenue d’une enquête publique sur l’octroi des contrats publics en TI. La présidente Lucie Martineau a écrit au président du Conseil du Trésor pour réclamer l’élargissement du mandat de la Commission Charbonneau.

«Les ingrédients sont les mêmes qu’au ministère des Transports : la concurrence est limitée à quelques firmes, la dépendance envers les firmes privées est importante et les coûts ont explosé», a affirmé Mme Martineau pour appuyer sa demande.

La présidente du SFPQ a indiqué que ce constat, que le syndicat a commencé à se faire à l’occasion d’une entrevue avec Les affaires en octobre, a été renforcé par le dépôt du rapport du vérificateur général en novembre. Ce dernier faisait ressortir plusieurs lacunes dans la gestion des contrats en TI : estimation de coûts et définition de besoins sans documentation, contrats attribués selon des taux journaliers, donc faisant porter tout le risque sur l’acheteur de services, et rémunération supérieure à celle prévue dans les contrats.

Concernant la rémunération, les comparaisons répertoriées par le SFPQ montrent qu’il en coûte presque deux fois plus cher en moyenne pour faire exécuter des tâches récurrentes (et non des projets particuliers nécessitant une expertise de pointe) par les firmes privées plutôt que par les employés du gouvernement. Le recours à la sous-traitance a d’ailleurs explosé, passant de 26% en 1996-1997 à 55% aujourd’hui selon le vérificateur général. Ailleurs au Canada et dans le monde, ce taux varie de 8% à 24%.

Le SFPQ juge la situation très préoccupante. Il a rencontré la première ministre Pauline Marois le 18 décembre à ce sujet, dont il fait une priorité pour 2013.

«Nos échanges avec Mme Marois et le président du Conseil du trésor Stéphane Bédard nous donnent confiance. M. Bédard promet d’agir», a souligné Mme Martineau, en espérant qu’il donne suite à sa demande d’enquête publique, ce qui lui semble le seul moyen de faire un vrai ménage et d’apprendre des erreurs du passé.

M. Bédard réagira à la demande en milieu d’après-midi.

 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Que nous apprennent les budgets sur les orientations des gouvernements?

Édition du 04 Mai 2019 | Mia Homsy

EXPERTE INVITÉE. Au-delà de la pluie de chiffres que nous présentent les budgets gouvernementaux, ces documents ...

Quatre ans, 12 idées

Édition du 09 Mars 2019 | Julie Cailliau

François Legault et moi avons maintenant quelque chose en commun. Quelqu'un, devrais-je dire : François Pouliot. ...

À la une

Pelmorex : expert en météo... et en solutions de données

PME DE LA SEMAINE. La météo fait vendre! Et cette donnée est loin d’échapper aux plus grands joueurs.

Importante brèche de sécurité chez Desjardins

Mis à jour à 14:36 | Denis Lalonde

Les renseignements personnels de 2,9 millions de membres ont été communiqués à des personnes extérieures à Desjardins.

Slack entre en Bourse jeudi, à 38,50$US

Mis à jour à 12:12 | AFP

La valorisation de Slack a bondi en quelques mois, passant de 7 à 17 milliards de dollars US depuis 2018.