Chrystia Freeland, la personnalité du monde des affaires en 2018

Publié le 20/12/2018 à 10:16

Chrystia Freeland, la personnalité du monde des affaires en 2018

Publié le 20/12/2018 à 10:16

Par La Presse Canadienne
La ministre Chrystia Freeland qui marche.

[Photo: Getty Images]

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a été choisie comme personnalité de l’année du monde des affaires par les clients de La Presse canadienne.


Pas moins de 81 % des responsables des salles de nouvelles d’un peu partout au pays ont sélectionné Mme Freeland dans le sondage annuel de l’agence de presse nationale. La ministre a dirigé les négociations avec l’administration de Donald Trump pour le renouvellement de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).


La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, s’est classée au deuxième rang avec près de 10 % des voix.


La ministre Freeland a occupé une grande partie de l’espace médiatique cette année, alors qu’elle tentait de sauvegarder l’avenir des échanges commerciaux avec les États-Unis et le Mexique.


Le président américain Donald Trump a injecté dans les discussions un niveau sans précédent de drame, notamment en menaçant de déchirer l’ALENA, en lançant des insultes personnelles et en invectivant régulièrement les agriculteurs canadiens.


Les négociations se sont poursuivies jusqu’à minuit moins une avant qu’une entente de principe soit finalement conclue, à la fin septembre.


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.