Budget Québec 2019: un milliard pour protéger les sièges sociaux

Publié le 21/03/2019 à 16:14

Budget Québec 2019: un milliard pour protéger les sièges sociaux

Publié le 21/03/2019 à 16:14

Par Stéphane Rolland
Le siège social de SNC-Lavalin.

Le siège social de SNC-Lavalin. (Photo: LesAffaires.com)

BUDGET QUÉBEC 2019. Le gouvernement Legault se donne la possibilité de déployer 1 milliard (G)$ pour protéger les sièges sociaux du Québec, dans son budget 2019. Un autre milliard sera également ajouté à la capitalisation d’Investissement Québec, ce qui représente une augmentation de 25%.


Le gouvernement formera une équipe qui aura pour tâche d’assurer la protection des sièges sociaux montréalais. Les détails entourant son rôle seront dévoilés plus tard, mais le gouvernement allouera jusqu’à 1G$ pour remplir cette mission.


Un autre milliard sera investi à la capitalisation d’Investissement Québec, qui passe de 4G$ à 5G$. Ce milliard permettra à Investissement Québec «d’intervenir davantage auprès des entreprises», sous forme de prêts ou de participation. 


Notons que ces deux milliards n’ont pas d’impact sur le solde budgétaire (déficit ou surplus). Comme il s’agit d’un investissement, ces sommes sont inscrites à la dette, mais ne sont pas comptabilisées comme des dépenses.


En conférence de presse, Éric Girard, le ministre des Finances, s’est défendu de faire une intervention mal avisée dans l’économie. «Je ne dirais pas que c’est une interférence dans l’économie, répond-il. On se donne les moyens stratégiques d’intervenir si le besoin se présente.»


Le ministre a précisé que des décisions importantes se prennent dans les sièges sociaux des entreprises et le Québec profite du fait que ces décisions se prennent dans leur communauté. 


La porte serait ouverte pour SNC-Lavalin, au centre d’une tempête politique à Ottawa, si jamais le siège social de la firme d’ingénierie se trouvait menacé. «SNC-Lavalin pourrait être touchée par cette mesure, mais elle n’a pas été conçue uniquement avec SNC-Lavalin en tête», répond M. Girard. 


Visiblement prudent, Carlos Leitao, l’ex-ministre des Finances, n’a pas critiqué ouvertement l’intention de protéger les sièges sociaux. Le gouvernement Couillard avait été l’objet de critiques lors de l’acquisition de Rona par l’américaine Lowe’s. Il note tout de même que 1 G$ est une bien petite somme s’il devait y avoir une intervention pour conserver le siège social d’une grande entreprise québécoise. «On n’irait pas très loin avec ça», ajoute-t-il.


M. Girard a assuré qu’il ne serait pas seul dans son intention de protéger les sièges sociaux. «Bien sûr, on ne le fera pas seul. Bien des gens qui ont l’intérêt du Québec à cœur comme la Caisse de dépôt ou le Fonds de solidarité FTQ pourraient participer à l’exercice.»


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.