Budget fédéral: de l'aide pour la formation

Publié le 19/03/2019 à 16:17, mis à jour le 19/03/2019 à 17:02

Budget fédéral: de l'aide pour la formation

Publié le 19/03/2019 à 16:17, mis à jour le 19/03/2019 à 17:02

Par Stéphane Rolland

Les deux mesures représentent un investissement de 1,7 G$ sur cinq ans. [Photo: 123RF]

BUDGET FÉDÉRAL. Après avoir annoncé en novembre dernier près de 14 G$ d’aide aux entreprises sur cinq ans, Ottawa accorde maintenant son attention aux besoins de formation des travailleurs. L’aide à la formation des travailleurs représente la mesure économique phare du budget 2019.

Le gouvernement Trudeau a dévoilé un crédit d’impôt pour la formation et une prestation à même l’assurance emploi lors d’une absence du travail pour suivre une formation. Les deux mesures seront en vigueur à partir de 2020. Les deux mesures représentent un investissement de 1,7 G$ sur cinq ans. Ottawa a également l’intention de négocier avec les provinces pour adopter des lois qui protégeront les emplois des travailleurs qui s’absentent pour suivre leur formation. 

Les mesures visent indirectement les entreprises, affirme Bill Morneau, le ministre des Finances. «Pour les employeurs, cette allocation se traduira par une main-d’œuvre qui a les compétences et la confiance nécessaires pour contribuer à la croissance de leur entreprise et celle de notre économie», a-t-il dit lors du discours du budget.

Les petites entreprises, pour leur part, pourraient profiter d’une aide directe. À compter de 2020, un employeur qui verse des cotisations d’assurance emploi de 20 000$ ou moins sera admissible à une réduction des cotisations en vue de compenser l’augmentation «possible» des cotisations d’assurance emploi découlant de la nouvelle prestation de soutien à la formation.

La mesure soulève tout de même des inquiétudes de la part de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). Le lobby des PME s’inquiète de l’absence de garanties que les formations choisies par les employés devront être en lien avec les besoins de l’employeur, même si les employeurs, eux, devront garantir l’emploi des travailleurs qui s’absenteront de leur travail pour suivre la formation.

Les mesures

Le crédit pour la formation sera offert aux travailleurs canadiens de 25 ans à 64 ans. Chaque année, les travailleurs accumuleront un solde de crédit de 250 $ par année jusqu’à une limite à vie de 5000$.  Le crédit remboursera la moitié des coûts de la formation jusqu’à la limite du solde disponible pour chaque contribuable. Autrement dit, après quatre ans, un travailleur aura droit à un crédit de 1000$ pour une formation de 2000$. 

La prestation d’assurance emploi de soutien à la formation, pour sa part, s’adresse aux travailleurs qui s’absentent du travail pour suivre une formation. La prestation sera de 55% des gains hebdomadaires admissibles pour une période maximale de quatre semaines sur une période de quatre ans. 

Le ministère des Finances donne l’exemple d’un travailleur qui gagne 35 000$ par année et qui s’absente quatre semaines de son travail pour suivre une formation coûtant 2000$. Celui-ci obtiendrait un crédit d’impôt de 1000$. De plus, il pourra toucher une prestation de 1481 $ de l’assurance emploi pour remplacer la perte de salaire pendant cette période.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

À la une

Bombardier: «c'est la fin d'une époque et c’est extrêmement malheureux»

25/06/2019 | Martin Jolicoeur

Tandis que les marchés accueillent favorablement la vente à Mitsubishi, les employés cachent mal leur déception.

Bombardier vend son programme d'avions régionaux à Mitsubishi

Mis à jour le 25/06/2019 | Julien Arsenault, PC

Ce serait la dernière étape de la transformation de Bombardier dans le secteur aéronautique selon Alain Bellemare.

La Fed réfléchit à une éventuelle baisse des taux d'intérêt

25/06/2019 | AFP

Depuis mai dernier, « le tableau a changé », explique le président de la Banque centrale.