Budget : les contribuables paient la note

Publié le 30/03/2010 à 18:00

Budget : les contribuables paient la note

Publié le 30/03/2010 à 18:00

Par André Dubuc

Le ministre Raymond Bachand présente son premier budget. Photo : lesaffaires.com

Hausse de la taxe sur l’essence, hausse de la TVQ, introduction d’une taxe directe sur la santé, hausse des tarifs d’électricité, nouveau crédit d’impôt pour les pauvres, limitation de la croissance des dépenses, atteinte du déficit zéro d’ici 2013-2014.

PLUS : Notre dossier spécial sur le budget

Le gouvernement Charest a choisi de préserver le panier de services donnés par l’État aux citoyens et aux entreprises. Mais il y a un coût associé à ce choix et ce sont les contribuables qui paieront la note.

Pour équilibrer ses livres dans 4 ans, le gouvernement a identifié pour 11 milliards de dollars de mesures de réduction de dépenses et de hausses de revenus. Les efforts du gouvernement comblent la moitié de la facture en limitant la croissance de ses dépenses de programme.

Il va surtout chercher 4,3 milliards de revenus additionnels dans les poches des contribuables pour équilibrer ses livres d’ici 2013-2014.

On doit ajouter 1,5 milliard à la facture des contribuables en tenant compte de l’augmentation d’un point de la TVQ en 2011, qui a été annoncée dans le budget de mars 2009.

Le déficit sera de 4,3 milliards en 2009-2010 et de 4,5 milliards l’an prochain.

À noter que la plupart des hausses de taxes sont dédiés à un usage spécifique, par exemple, la santé, le transport en commun, ou la réduction de la dette.

La première hausse que sentira le contribuable sera la hausse du prix de l’essence. Elle augmente d’un cent le litre par an pendant 4 ans à compter du 1er avril, soit après-demain. Les fonds iront aux routes et au transport en commun.

En outre, le gouvernement permet aux villes de Montréal et de Québec de majorer la taxe sur l’essence de 1,5 cent par litre. Ce sont 55 millions supplémentaires qui seront investis dans le transport en commun.

Mesure attendue, la TVQ augmente d’un point de pourcentage en 2011 et d’un autre point de pourcentage en 2012. Elle atteindra 9,5 % à compter du 1er janvier 2012.

Une surprise, le ministre Bachand introduit de la contribution santé, une taxe sur la santé de 25 $ par adulte en 2010, de 100$ en 2011 puis de 200 $ à compter de 2012. Les recettes financeront la croissance des dépenses en santé.

Les tarifs d’hydroélectricité seront augmentés progressivement à partir de 2014 jusqu’à ce que la hausse atteigne 1 cent du kilowattheure en 2018-2019. Ça représente une hausse de 3,7 % par année ou 15,6 % en 4 ans. L’argent sera déposé au Fonds des générations en vue de réduire la dette.

Pour limiter l’impact des hausses sur les contribuables ayant de plus faibles revenus, le gouvernement introduit un nouveau crédit d’impôt à la solidarité, au net plus généreux que les crédits qu’il remplace comme le crédit à la TVQ.

Le gouvernement va limiter à 2,8 % la croissance de ses dépenses à compter 2011-2012. Celles de la santé sera limité à 5%.

 

À la une

«On réinvestit dans la croissance pour capter les occasions qui se multiplient», Patrick Decostre, PDG de Boralex

Patrick Decostre, PDG de Boralex, a répondu à nos questions sur ses nouvelles orientations stratégiques et financières.

Boralex veut doubler sa puissance d'ici 2025, et encore d'ici 2030

Cette croissance se fera d’abord par la multiplication de son empreinte dans le solaire et aux États-Unis.

Boralex se lance dans le partage de terrains pour le solaire

14/06/2021 | François Normand

Comme les terrains sont rares, le producteur d'énergie verte se lance dans l’agrivoltaïsme avec la française Sun’Agri.