Budget : l'effort demandé aux entreprises est qualifié de raisonnable

Publié le 30/03/2010 à 17:00

Budget : l'effort demandé aux entreprises est qualifié de raisonnable

Publié le 30/03/2010 à 17:00

Par André Dubuc

Photo : lesaffaires.com

Le budget Bachand exige quatre fois plus d’efforts de la part des contribuables que des entreprises, mais certaines mesures obligeront les entreprises à payer plus de taxes et d’impôt.

PLUS : Notre dossier spécial sur le budget

«La contribution des entreprises est raisonnable compte tenu du contexte des finances publiques», estime Richard Payette, président du conseil de la Fédération des chambres de commerce du Québec, dans un communiqué.

Les banques et les institutions financières voient la taxe compensatoire à laquelle elles sont assujetties augmenter de 471 millions en 4 ans.

Les droits miniers sur le profit annuel passent progressivement de 12 à 16 %, représentant des recettes additionnelles de 240 millions en 5 ans.

À partir de 2014, la hausse du tarif associé au bloc patrimonial d’électricité sera absorbée à moitié par les entreprises. Cependant, les entreprises assujetties au tarif L sont exemptées de la hausse.

Le gouvernement met fin au fonds d’urgence au Fonds Élan entreprises.

Il impose une redevance sur l’eau utilisé comme intrant comme les brasseurs et les entreprises d’embouteillage d’eau de source. Une mesure qui rapportera à terme 8,5 millions annuellement.

Si le gouvernement impose d’une main, il redistribue quelques sommes de l’autre.

Le gouvernement annonce l’actualisation de la stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation avec une enveloppe de 461 millions en trois ans.

Par ailleurs, il consent 50 millions en 3 ans à Investissement Québec pour aider les PME exportatrices. 75 millions seront consacrés à la relève agricole et 50 millions additionnels à la forêt. Le gouvernement injecte 57 millions dans le Plan Nord.

Le budget annonce l’élaboration d’une politique industrielle pour le développement d’une filière développement d’une filière des véhicules électriques dont un autobus électrique.

À la une

«On réinvestit dans la croissance pour capter les occasions qui se multiplient», Patrick Decostre, PDG de Boralex

Patrick Decostre, PDG de Boralex, a répondu à nos questions sur ses nouvelles orientations stratégiques et financières.

Boralex veut doubler sa puissance d'ici 2025, et encore d'ici 2030

Cette croissance se fera d’abord par la multiplication de son empreinte dans le solaire et aux États-Unis.

Boralex se lance dans le partage de terrains pour le solaire

14/06/2021 | François Normand

Comme les terrains sont rares, le producteur d'énergie verte se lance dans l’agrivoltaïsme avec la française Sun’Agri.