ALÉNA: pas si vite l'optimisme

Publié le 06/04/2018 à 15:07

ALÉNA: pas si vite l'optimisme

Publié le 06/04/2018 à 15:07

Par Catherine Charron

123rf.com

Huitième cycle de négociations devancé, optimisme de la classe politique, mention de décision « gagnant-gagnant-gagnant »... Les discussions entourant la modernisation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) semblent prendre un nouveau tournant à quelques mois des élections de mi-mandat américaine et présidentielle mexicaine. Ne criez pas victoire trop vite.

Difficile pour des observateurs extérieurs aux négociations de confirmer ou d’infirmer si l’ALÉNA est dans un «momentum positif» comme Justin Trudeau l’a affirmé jeudi, affirme Ari Van Assche, directeur du département des affaires internationales à HEC Montréal.

« Il reste encore des points litigieux, notamment le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États. Néanmoins, il semble que les différends d’origine s’amenuisent », soutient-il.

La mention d’un accord de principe par plusieurs acteurs des négociations prouverait qu’un consensus est possible. La signature d’un tel document plutôt qu’un réel accord est surprenante après ce genre de négociations, souligne Guy-Philippe Wells, chercheur au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation.

En effet, cela aisserait des questions en suspens. Une entente dissiperait toutefois l’incertitude autour de l’avenir même de l’accord, puisque les différentes parties consentiraient aux grandes lignes de celui-ci.

Guy-Philippe Wells croit que cette signature servirait d’abord un dessin politique. « Si c’est important politiquement d’afficher une volonté commune actuellement, une pseudo-entente sera signée, mais les détails seront renégociés », précise-t-il.

Ari Van Assche estime qu’un accord sera signé, mais moins rapidement qu’on le pense, alors que la période de 180 jours proposée au début des négociations est arrivée à échéance. Il ne serait d’ailleurs pas surpris si l’un des membres se lève de la table des négociations en clamant son désaccord.

La partie de ping-pong entre Donald Trump et Xi Jinping accélère-t-elle les discussions ?

Bien que les procédures semblent s’accélérer en marge des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, il n’existe pas de lien de causalité entre ces deux événements selon les experts sondés.

Cet empressement, présent dans l’esprit des gens depuis janvier selon Guy-Philippe Wells, serait plutôt nourri par des pressions domestiques reliées à l'élection présidentielle au Mexique et à l'élection de mi-mandat aux États-Unis.

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

L'économie mondiale qui ralentit, est-ce vraiment la faute à Trump?

26/07/2019 | François Normand

BALADO. Le nombre de barrières commerciales atteint maintenant un « sommet dramatique », prévient l'OMC.

L'avantage d'investir à la maison est sous-estimé

Édition du 20 Juillet 2019 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. L'industrie financière vante sans cesse les mérites de la diversification internationale pour ...

À la une

Enquête Mercer: augmentations de salaires plus élevées en TI

11:45 | Pascal Forget

Selon Mercer Canada, les employeurs comptent augmenter les salaires de 2,6% en moyenne l'an prochain.

Investissement valeur: si c'est si simple, pourquoi tout le monde ne le fait pas?

BLOGUE INVITÉ. L’investissement valeur est simple, mais il est loin d’être facile à appliquer!

Les actionnaires de Transat A.T. disent «oui» à l'offre d'Air Canada

Mis à jour à 11:41 | La Presse Canadienne

Les actionnaires de Transat ont accepté dans une proportion de 94,77% l'offre d'Air Canada.