Ventes en hausse mais faillites en vue dans le secteur du cannabis

Publié le 29/06/2020 à 09:22

Ventes en hausse mais faillites en vue dans le secteur du cannabis

Publié le 29/06/2020 à 09:22

Par AFP
Une serre de cannabis

(Photo: 123RF)

Même si l'épidémie de coronavirus a fait bondir les ventes de cannabis au Canada, elle risque de couper les ailes à un secteur en pleine recomposition moins de deux ans après la légalisation, estiment des experts.

Par crainte de pénuries ou pour gérer leur stress, les Canadiens se sont rués pendant le confinement vers les magasins et les sites de cannabis. Les ventes ont augmenté de près de 20% en mars et en avril, selon Statistique Canada.

«La COVID-19 a eu un effet positif sur le marché légal. On a vu un certain transfert du marché noir vers le marché légal», explique à l'AFP Bradley Poulos, un expert du secteur qui enseigne à l'université Ryerson de Toronto.

Le coronavirus est pourtant survenu au pire moment pour cette jeune industrie déjà confrontée à «son lot de défis», notamment des problèmes de rentabilité, un an et demi après que le Canada est devenu, en octobre 2018, le deuxième pays après l'Uruguay à légaliser cette drogue douce, ajoute-t-il. 

La décision avait fait naître une toute nouvelle économie. Pionniers, les Canadiens s’y sont imposés parmi les leaders, se développant à l'étranger, notamment en Europe, vue comme un futur grand marché du cannabis médical. Le monde de la finance leur a aussi ouvert les bras et de nombreuses sociétés se sont cotées sur les Bourses de Toronto et New York.

 

Cannabis comestible

Basé dans la région d’Ottawa, Canopy Growth est ainsi le plus gros producteur de cannabis coté en Bourse au monde. Ses principaux concurrents incluent Cronos Group et Aphria, eux aussi basés en Ontario, ou encore Aurora Cannabis et Tilray, à l’ouest du pays. 

Mais l'euphorie est vite retombée. Entre les projections trop optimistes, des problèmes de gestion et les ratés dans la commercialisation, le secteur s’est retrouvé en surcapacité tandis que les sociétés ont accumulé les pertes et ont vu leur valorisation boursière dégringoler.

«La capacité du marché légal à concurrencer le marché noir a été entravée par un certain nombre de règles gouvernementales», analyse Richard Carleton, PDG de la Canadian Securities Exchange qui a environ 175 sociétés de cannabis – canadiennes et américaines – à sa cote à Toronto.

Les restrictions en termes de publicités et le très lent déploiement des boutiques physiques ont notamment pesé sur les performances de l’industrie, dit-il.

Celle-ci fondait de «grands espoirs» dans l’ouverture de centaines de boutiques en 2020 et la légalisation récente de nouveaux produits, y compris les comestibles et boissons infusées au cannabis, dont les marges sont dites supérieures aux fleurs séchées. Mais ces plans ont été en partie perturbés par l'épidémie, affirme M. Carleton.

 

Au bord de la faillite

«Ce n’est pas la façon dont on avait prévu le lancement de nos boissons au cannabis» résumait mi-mars à l’AFP Jordan Sinclair, vice-président à la communication de Canopy.

L’épidémie a pesé sur les opérations des producteurs au moment où la plupart d’entre eux étaient en pleine restructuration stratégique.

Depuis l’an passé, de nombreuses sociétés ont dû freiner leurs plans d’expansion et réduire certaines de leurs opérations afin de contrôler leurs dépenses en vue d’être rentables. Un certain nombre de dirigeants ont été remplacés.

Symbole des défis du l’industrie, Canopy a annoncé en mars la fermeture de deux serres en Colombie-Britannique et le licenciement de 500 salariés.

Aurora Cannabis a annoncé mardi qu’elle allait elle aussi fermer cinq sites de production et licencier 700 employés.

La crise a exacerbé les problèmes de liquidités dans l'industrie, menaçant la survie des petites sociétés, précise aussi Rishi Malkani, responsable du secteur du cannabis chez Deloitte Canada.

Depuis le début de l’année, une dizaine d’entreprises se sont placées sous le régime des faillites. D’autres devraient suivre «d’ici l’été ou l'automne», dit-il.

«Si on regarde les choses du bon côté, la pandémie ne va faire qu'accélérer le cycle de consolidation déjà attendu dans l’industrie», dit M. Malkani. «Les plus petits vont disparaître et ceux qui sont mieux armés et mieux capitalisés vont dominer le secteur.»

Richard Carleton se veut malgré tout optimiste, voyant le secteur «poursuivre sa croissance» et se réjouissant que le cannabis ait été considéré essentiel pendant l'épidémie. «Cela a réduit un peu plus la stigmatisation associée au secteur. Cela a donné à l’industrie une légitimité».


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Cannabis: CannTrust récupère sa licence pour l'usine de Vaughan

Santé Canada avait découvert des cultures illicites de cannabis et saisi des milliers de kilos de marijuana séchée.

Un projet pilote de vente de cannabis pour Couche-Tard en Alberta

06/07/2020 | lesaffaires.com

Le détaillant Fire & Flower ouvrira deux succursales près de celles de Circle K à Calgary et à Grande Prairie.

À la une

Bourse: baisse de fin de séance à Wall Street

Mis à jour à 16:57 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street a accéléré ses pertes en fin de séance avec le recul des valeurs technologiques.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

08:21 | LesAffaires.com et AFP

Les places asiatiques ont connu des fortunes diverses mardi.

Titres en action: Canada Goose, Boeing, Dorel

Mis à jour à 15:30 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.