Une pizza made in Quebec

Publié le 26/03/2011 à 00:00, mis à jour le 12/04/2011 à 12:16

Une pizza made in Quebec

Publié le 26/03/2011 à 00:00, mis à jour le 12/04/2011 à 12:16

La pizza surgelée Stromboli joue du coude contre les Kraft et Dr Oetker de ce monde. Son arme ? Une approche santé, axée sur le bio et les produits du Québec.

Distribuées dans les supermarchés, les pizzas surgelées d'Alimentation Cinq Sens commencent à se faire remarquer du grand public. " Nos produits sont déjà passés trois fois en circulaire. Et chaque fois, notre production hebdomadaire a quadruplé ! " s'enthousiasme Alexandre Brunet, pdg et fondateur de l'entreprise du Plateau-Mont-Royal.

Cette PME de 30 employés, dont les ventes totalisent 4,5 millions de dollars, ne compte cependant pas se battre sur le même terrain que Dr Oetker, un conglomérat allemand qui pèse plus de 100 milliards de dollars. À l'opposé de cette marque, les pizzas Stromboli ne deviendront jamais le spécial de la semaine des grandes chaînes avec son prix à perte.

" Notre stratégie consiste à offrir des produits un peu plus cher, mais de meilleure qualité que nos concurrents. Beaucoup de gens veulent mieux manger, tout en respectant leurs valeurs. Et ils sont prêts à payer davantage pour des produits haut de gamme ", dit l'entrepreneur de 36 ans.

Parmi ces valeurs : des produits faits au Québec. " La vigueur de notre économie et la qualité de nos emplois dépendent de nos décisions d'achat. Chaque fois que des produits alimentaires québécois gagnent 1 % de parts de marché, il peut alors se créer 2 000 emplois ", souligne M. Brunet. De fait, 85 % du coût de tous les éléments composant les pizzas Stromboli - du sel au pepperoni en passant par les fromages - est réinjecté dans l'économie québécoise. La PME veut limiter au maximum l'importation de ses intrants.

Par exemple, le sucre blanc et le glutamate monosodique sont bannis au profit d'ingrédients comme le sel de mer et le sucre de canne biologique.

Le bio rentable

Les acheteurs des pizzas Stromboli accordent beaucoup d'importance à l'alimentation biologique. Cinq des treize pizzas surgelées du fabricant sont ainsi faites d'ingrédients dont la croissance s'est effectuée sans engrais chimiques, pesticides ni organismes génétiquement modifiés.

Du point de vue commercial, les résultats sont au rendez-vous, dit M. Brunet. " Nous nous sommes servis de nos pizzas régulières pour faire une place à celles qui sont biologiques. Nos produits sont distribués dans les mêmes magasins, ce qui amortit les coûts de distribution. Il ne coûte pas plus cher de livrer des pizzas bios là où on doit déjà distribuer des pizzas conventionnelles ", dit-il.

Grâce à cette synergie dans la distribution, Alimentation Cinq Sens peut ainsi se permettre de vendre ses pizzas bios à des prix relativement abordables, soit de 7 % plus chers que ceux des autres.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Des tomates au cannabis: feu (complètement) vert à Mirabel!

Édition du 06 Avril 2019 | Les Affaires

AGRI-AGRO. La dernière serre de 190 000 pieds carrés de Vert Mirabel a obtenu sa licence.

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

Au Canada, 35,5 millions de tonnes d'aliments prennent le chemin de la poubelle chaque année.

OPINION Les marchés de proximité : une occasion à saisir
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
«Blockchain», l'avenir de la traçabilité alimentaire?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
Nouveau Guide alimentaire: quels impacts pour les producteurs?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

Fin des services au comptoir à la Laurentienne

Mis à jour à 15:32 | La Presse Canadienne

Les négociations avaient été acrimonieuses entre l’institution financière et la partie syndicale.