Une grande école française in English only

Publié le 16/10/2010 à 00:00, mis à jour le 15/10/2010 à 14:23

Une grande école française in English only

Publié le 16/10/2010 à 00:00, mis à jour le 15/10/2010 à 14:23

De leurs salles de classe du campus niçois de l'EDHEC Business School, les étudiants ont une magnifique vue sur les eaux turquoises de la Méditerranée bordée de quelques palmiers et sur les montagnes qui ceinturent la capitale de la Côte-d'Azur. Les charmes de la French Riviera, son climat béni des dieux et sa gastronomie font bien sûr partie de l'arsenal de vente de cette école de commerce, issue de l'Université Catholique de Lille.

Mais elles n'en font pas l'école internationale à laquelle aspirent ses dirigeants. Pour jouer dans la même cour que les London Business School, Wharton et Harvard de ce monde, l'EDHEC a pris un virage important : tous les cours de ses maîtrises, MBA et doctorats sont désormais enseignés en anglais seulement.

" Je suis un gars intelligent. J'étudie dans une école prestigieuse sur la French Riviera... mais en anglais ", dit en souriant Manhilu, un jeune étudiant indien venu faire son MBA à l'EDHEC de Nice. Ni lui ni aucun de ses trois camarades indiens attablés à la cafétéria de l'école ne seraient venus étudier ici si les subtilités de la gestion et de la finance avaient été enseignés dans la langue de Molière.

" Je voulais mettre une expérience française dans mon CV, indique un étudiant d'origine chinoise, mais c'est l'anglais qui m'a convaincu de venir ici. " Environ 80 % des 45 étudiants de ce programme de MBA concentré sur 10 mois sont originaires de 24 pays étrangers.

" Depuis 10 ans, on s'est internationalisé progressivement, affirme Isabelle Graniou-Marniquet, responsable des relations publiques de l'EDHEC. Le campus de Nice a toujours été un laboratoire d'idées. Ici, on a senti qu'il fallait s'ouvrir à la clientèle internationale et tester des programmes en anglais seulement. Aujourd'hui, tout est en anglais, même l'administration ! "

Une question de survie

La décision de l'EDHEC a suscité de la grogne dans certains milieux politiques, mais aucune loi ne pouvait empêcher l'EDHEC, une institution privée à but non lucratif, de prendre ce virage. "

À suivre dans cette section

À la une

Marques empathiques ou rebelles avec une cause?

BLOGUE INVITÉ. Votre positionnement peut faire toute la différence pour votre entreprise.

Appui des actionnaires d'Alstom au rachat de Bombardier Transport

11:02 | AFP

Kim Thomassin de la CDPQ et Serge Godin de CGI deviendront des administrateurs d'Alstom.

À surveiller: Cogeco, Goodfood, Suncor

Que faire avec les titres de Cogeco, Goodfood et Suncor? Voici quelques recommandations d’analystes.