Une «forte croissance économique» en 2021, selon CFA Montréal

Publié le 12/01/2021 à 07:00

Une «forte croissance économique» en 2021, selon CFA Montréal

Publié le 12/01/2021 à 07:00

Par François Normand

En 2021, le Mouvement Desjardins prévoit que le PIB réel progressera de 4,5% au Québec. (Photo: courtoisie du Port de Montréal)

Écorchées pour la plupart par la pandémie de COVID-19, les entreprises québécoises pourront enfin voir la lumière au bout du tunnel en 2021, avec le retour d’une croissance économique soutenue, estime le président de CFA Montréal, Carl Robert.

«On peut s’attendre à une très forte croissance économique durant la prochaine année», dit-il à Les Affaires, en prévision de la publication ce mardi d’un sondage maison réalisé auprès de 349 des 2 834 analystes financiers membres de CFA Montréal, entre 19 novembre et le 8 décembre.

La marge d'erreur maximale du sondage est de 5%, 19 fois sur 20.

Ce sondage montre que les analystes sont plutôt optimistes en ce qui a trait à la reprise économique au Québec. Ainsi, près de la moitié d’entre eux (46%) estiment qu’il faudra de 12 à 24 mois pour retourner au niveau d’emplois précédant la pandémie.

Cette reprise économique est alimentée par un effet de rattrapage et par l’impact des incitatifs fiscaux et de la politique monétaire accommodante de la Banque du Canada, précise Carl Robert.

En 2021, le Mouvement Desjardins prévoit que le PIB réel progressera de 4,5% au Québec, soit un niveau plus élevé que la moyenne canadienne (4,1%) et qu’aux États-Unis (4,3%), selon ses prévisions économiques et financièrespubliées le 18 décembre.

Deux autres facteurs viendront appuyer cette croissance en 2021 au Québec, précise Carl Robert.

Premièrement, la campagne de vaccination qui s’est mise an branle permettra de rouvrir graduellement l’économie dans les prochains mois au Québec, mais aussi dans l’ensemble du Canada et aux États-Unis.

Deuxièmement, le fait que les démocrates contrôlent la Maison-Blanche et le Congrès américain (pour au moins deux ans) assurera un dynamisme et une stabilité économique aux États-Unis, le principal marché d’exportation du Québec.

 

L'environnement dans l'oeil des investisseurs

Au chapitre de l’investissement, les facteurs ESG (environnement, social, gouvernance) sont plus que jamais priorisés par les investisseurs, avec un accent très important sur l’environnement, estiment les analystes sondés par CFA Montréal.

Ainsi, 64% d’entre eux estiment que l’environnement sera davantage ciblé, comparativement à 26% pour les facteurs sociaux et à 9% pour la gouvernance.

Par ailleurs, ce sont dans les secteurs des technologies de l’information et dans les soins de la santé que les analystes financiers entrevoient le plus d’occasions d’investissement.

 

 

En revanche, selon les analystes, les occasions les moins intéressantes se retrouveront dans les marchés obligataires et le secteur immobilier.

Enfin, si la reprise économique se confirme en 2021 et en 2022, les entreprises et les contribuables canadiens doivent s’attendre à des hausses d’impôts, et ce, pour rembourser une partie de la dette contractée par les gouvernements durant la pandémie, montre le sondage de CFA Montréal.

Ainsi, 65% des analystes estiment que les particuliers verront leurs impôts augmenter dans les prochaines années. Par contre, seulement un analyste sur deux (49%) estime que les entreprises devront payer plus d’impôts.

 

À la une

American Airlines, nouvelle coqueluche des boursicoteurs?

Il y a 9 minutes | AFP

L'action s'est envolée de plus de 80% à Wall Street malgré des résultats financiers négatifs pour 2020.

Ascension de GameStop: la révolte des boursicoteurs contre les barons de Wall Street

09:20 | AFP

Retour sur une «révolte» boursière et ce qu'elle révèle de la lutte entre jeunes investisseurs et barons de la finance.

Actions de BlackBerry et GameStop: doit-on se lancer?

S'il est tentant de suivre la tendance poussée par les réseaux sociaux, il s'agit avant tout d'un pari boursier.