Une étoile dans le bulletin de Michael Sabia

Publié le 25/02/2010 à 14:56

Une étoile dans le bulletin de Michael Sabia

Publié le 25/02/2010 à 14:56

Par Jean-Paul Gagné

Blogue. Certes, 10 % de rendement pour la Caisse de dépôt en 2009, ce n’est pas très impressionnant face au 15,5 % de rendement moyen attendu pour les grandes caisses de retraite canadiennes. De plus, ce 10 % de rendement est inférieur par 4,1 points de pourcentage à son indice de référence, qui est de 14,1 %.

Par contre, il faut relativiser ce rendement avec l’héritage empoisonné reçu à son arrivée à la Caisse au début de 2009.

Deuxième semestre plus positif

En effet, il faut plutôt juger le rendement de la Caisse sous la direction de Michael Sabia et de son équipe sur la base des résultats du 2e semestre.

On se rappellera que le rendement du premier semestre 2009 avait été à peu près nul pour deux raisons principales :

1. La Caisse avait ramené à zéro la valeur de ses prêts mezzanines (prêts à risque élevé de rang inférieur) sur des immeubles commerciaux, notamment aux États-Unis. Des radiations de plusieurs milliards de dollars.

2. Après les ventes de 23 milliards de dollars d’actions faites par la Caisse à l’automne 2008 pour éviter une crise de liquidités, celle-ci n’avait pas suffisamment regarni son portefeuille en actions lorsque les marchés boursiers sont repartis en force à partir de la deuxième semaine de mars 2009.

Au deuxième trimestre, la Caisse a livré un rendement de 1,4 point supérieur à son portefeuille de référence, ce qui la place dans le deuxième quartile pour ce semestre.

Recentrage de la politique de placement

Ce résultat n’est pas indifférent au recentrage de la politique de placement de la Caisse sur ses compétences fondamentales.

Cette nouvelle politique de placement exclut aussi les produits exotiques à haut risque créés sur la base de mathématiques financières avancées qui devaient permettre de contrôler les risques et dans lesquels la Caisse avait investi massivement.

On a vu par les résultats de 2008 que ces risques pouvaient être énormes et extrêmement coûteux. D’où la décision de la Caisse de considérer que ce secteur hautement sophistiqué et risqué ne fait plus partie de ses « compétences fondamentales ».

Quelle note donnez-vous à Michael Sabia et à son équipe ?

 

À la une

Appel aux candidatures: Chapeau les PDG!

20/07/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires souhaite souligner le travail inspirant de PDG en cette période pleine d'incertitudes.

Julien Depelteau, le résilient: contourner les nombreuses tuiles

Édition du 25 Novembre 2020 | François Normand

CHAPEAU LES PDG! Le patron de Flexpipe a su rebondir malgré toutes les tuiles qui lui sont tombées sur la tête.

Mélanie ­Paul, l'audacieuse: déployer son «Plan ­Sud»

Édition du 25 Novembre 2020 | François Normand

CHAPEAU LES PDG! L'entrepreneure innue a rebrassé ses cartes pour accélérer sa diversification.