Un premier tronçon du pipeline Keystone XL a été complété

Publié le 22/05/2020 à 15:30

Un premier tronçon du pipeline Keystone XL a été complété

Publié le 22/05/2020 à 15:30

Par La Presse Canadienne
Des écologistes et des Premières Nations sont amèrement opposés à la canalisation.

Des écologistes et des Premières Nations sont amèrement opposés à la canalisation. (Photo: La Presse canadienne)

TC Énergie a construit la première partie du pipeline de sables bitumineux Keystone XL qui traverse la frontière américaine et a commencé à préparer des camps de travail au Montana et au Dakota du Sud. Mais il n’a pas résolu un revers judiciaire qui pourrait compliquer la fin du projet de 8 milliards $ US.

Le pipeline de 1900 kilomètres qui doit relier l’Alberta et le Nebraska a été bloqué pendant une grande partie de la dernière décennie avant que le président américain Donald Trump soit élu et commence à essayer de le mener à terme.

Des écologistes et des Premières Nations sont amèrement opposés à la canalisation en raison des inquiétudes suscitées par les éventuels déversements de pétrole et par le fait que la combustion du carburant aggraverait le changement climatique. 

Les travaux ont finalement commencé en avril, près du poste−frontière dans le nord du Montana. Cette section de 1,9 kilomètre est maintenant terminée, à l’exception de certaines activités de remise en état du site, a indiqué une porte−parole de TC Énergie, Sara Rabern. 

L’entreprise établie à Calgary a commencé à préparer les camps de travail près de Baker, Montana et Philip, dans le Dakota du Sud, mais elle n’a pas encore fixé de date pour les occuper. 

Les responsables du Montana n’ont pas encore reçu les plans demandés à la société pour s’assurer qu’elle puisse prévenir la propagation du coronavirus dans les camps, a souligné Erin Loranger, porte−parole du gouverneur du Montana, Steve Bullock. L’État s’attend à recevoir les plans avant l’occupation des camps, a−t−elle précisé.

Mais le calendrier de construction de trois ans de l’entreprise a été mis en doute à la suite d’une décision rendue le 15 mai par un juge fédéral du Montana, qui a annulé un permis clé obtenu auprès du U.S. Army Corps of Engineers. Le permis est nécessaire pour construire la ligne en travers de centaines de ruisseaux, de zones humides et d’autres plans d’eau qui se trouvent le long de son tracé. 

La décision a affecté toutes les nouvelles constructions de pipelines de pétrole et de gaz naturel et a été portée en appel par l’administration Trump et TC Énergie. 

«Nous attendons avec impatience une résolution qui nous permettra de faire progresser notre construction en 2020 sans plus tarder», a affirmé Mme Rabern. 

Le travail au Dakota du Sud a commencé au milieu de fortes tensions entre la gouverneure du Dakota du Sud, Kristi Noem, et deux tribus autochtones qui se sont farouchement opposées au pipeline.

La gouverneure tente de forcer les deux tribus — les tribus sioux de Cheyenne River et la tribu sioux d’Oglala — à supprimer les points de contrôle pour le coronavirus qu’elles ont mis en place sur les routes fédérales et d’État afin de protéger leurs réserves d’éclosions de COVID−19.

Les autoroutes surveillées par les tribus sioux de Cheyenne River se connectent à plusieurs chantiers de construction potentiels du tracé du pipeline, qui longe leurs terres. La tribu a pour politique de ne pas autoriser les véhicules de compagnies pétrolières sur la réserve et avec les points de contrôle mis en place, ils arrêteraient ces véhicules. 

Mme Noem a d’abord menacé de poursuivre les tribus. Cette semaine, elle a fait appel à la Maison−Blanche pour qu’elle enquête sur l’affaire.

Des membres de plusieurs tribus du Montana et du Dakota du Nord se sont rendus au poste−frontière pour une petite manifestation contre le pipeline plus tôt ce mois−ci, a indiqué Angeline Cheek, militante de la tribu Fort Peck du Montana et organisatrice du groupe de défense des libertés civiles ACLU au Montana.

Mme Cheek a souligné que TC Énergie semblait profiter de la pandémie «pour passer par−dessus nous» alors que l’attention du public se concentrait sur le virus.


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Les pétrolières sont satisfaites de l'aide fédérale malgré les conditions

Les grandes entreprises qui se prévaudront du crédit d'urgence devront démontrer leurs engagements verts.

États-Unis: la tentation protectionniste bute sur la dure réalité économique

BLOGUE INVITÉ. Le spectre du protectionnisme hante-t-il de plus belle les États-Unis? Entrevue avec Philippe Fournier.

À la une

Des copropriétés de plus en plus petites

La taille médiane des nouvelles copropriétés a diminué de plus de 25% en environ 15 ans.

L'ARC reporte la date limite pour les déclarations de sociétés

Il y a 12 minutes | La Presse Canadienne

Les déclarations de revenus des sociétés T2 autrement exigibles en juin, juillet ou août, sont reportées en septembre.

Start-ups: quel a été l’impact de la COVID-19?

10:57 | Jean-François Venne

DÉFI START-UP. Des start-ups ont vu leur modèle d’affaires devenir obsolète en quelques jours à cause de la pandémie.