Un entrepreneur agresse l'inspecteur municipal de Huntingdon

Publié le 29/05/2013 à 15:14, mis à jour le 29/05/2013 à 17:00

Un entrepreneur agresse l'inspecteur municipal de Huntingdon

Publié le 29/05/2013 à 15:14, mis à jour le 29/05/2013 à 17:00

Par Hugo Joncas
Entreprises Excavation et béton Charly

L'atelier d'Entreprises Excavation et béton Charly, à Huntingdon, où a eu lieu l'agression de l'inspecteur municipal. Crédit: Google Street View.

L’inspecteur municipal de Huntingdon a été battu par un entrepreneur de la région qui l’a traité d’«ostie d’arabe», selon la victime. Ahmed Labbaci a été admis à l’hôpital après une altercation avec Jean-Charles Poirier, le 27 mai en après-midi devant une propriété du constructeur.

Après avoir rencontré les policiers, l’inspecteur a pris le chemin de l’hôpital Barrie Memorial d’Ormstown pour des blessures mineures. «Ils ont fait 13 radiographies de mon cou et de mon bras gauche», dit l’inspecteur, joint par LesAffaires.com. Il travaille à Huntingdon depuis seulement un mois. Ahmed Labbaci a pu quitter l’établissement de santé peu après minuit, dans la nuit du 27 au 28 mai.

L’altercation est survenue lors d’une visite de l’inspecteur à l’atelier de Jean-Charles Poirier, rue Bouchette, à Huntingdon, en Montérégie. L’entrepreneur a interrompu l’inspection de l’immeuble, dont l’usage et la toiture ne sont pas conformes à la réglementation, selon la municipalité.

«Après qu’on se soit présentés, il nous a regardés pendant 50 secondes sans parler, raconte Ahmed Labbaci. Puis il s’est levé et a dit: “Je veux que tu sortes d’ici tout de suite. Je te donne trois secondes!”» Selon l’inspecteur, Jean-Charles Poirier l’a ensuite poussé violemment. Propulsé sur la porte, Ahmed Labbaci s’est éraflé le bras, de l’épaule au coude.

«Avant que je n’arrive à mon camion, il est sorti en disant “ostie d’arabe”, dit Ahmed Labbaci, dont le bras s’était mis à saigner. Juste avant que j’ouvre la porte, il m’a pris par la gorge et m’a cogné la tête sur le truck. Puis il m’a étranglé une deuxième fois : j’ai failli perdre connaissance.»

Une fois réfugié à l’intérieur du véhicule, l’inspecteur a verrouillé les portières. Selon lui, Jean-Charles Poirier cognait violemment dans la vitre pour qu’il l’ouvre.

Le responsable de la sécurité publique, qui accompagnait l’inspecteur, a alerté la police. Les deux hommes se sont ensuite dirigés vers l’hôtel de ville pour y faire leur déposition. Mais Jean-Charles Poirier les a suivis avec un autre homme.

Après que l’entrepreneur eut descendu de son camion pour parler à nouveau à Ahmed Labbaci, un policier est venu lui parler, raconte l’inspecteur. «Là, je pense qu’ils l’ont embarqué dans l’auto patrouille.»

La Sûreté du Québec confirme être intervenue à l’adresse d’Entreprises Excavation et béton Charly, rue Bouchette, où s’est déroulé l’incident, vers 14h.

«Un homme de 61 ans a été arrêté et libéré avec promesse de comparaître», dit Joyce Kempt, porte-parole de la police. Ahmed Labbaci ajoute que les autorités lui ont aussi interdit de s’approcher de lui et de l’hôtel de ville.

L’entrepreneur nie

Jean-Charles Poirier nie la version des faits de la Ville de Huntingdon.

«Je l’ai pris par l’épaule et l’ai sorti du bâtiment, après lui avoir demandé 25 fois de sortir», a assuré l’entrepreneur après avoir demandé au journaliste «de quelle origine» il est. «Rendu dehors, il est embarqué dans la camionnette. Je ne pense pas qu’il soit allé à l’hôpital.»

Jean-Charles Poirier a ensuite mis fin à la conversation en disant que son avocat - qu’il n’a pas nommé - allait rappeler. Personne ne nous a contacté de sa part.

Joint par LesAffaires.com, le maire de Huntingdon, Stéphane Gendron, assure que ce n’est pas la première altercation de l’entrepreneur avec les autorités municipales. Il assure avoir déjà lui-même été intimidé par Jean-Charles Poirier. «Il s’en prend à tout le monde, dit-il. Il n’a plus le droit d’aller à l’hôtel de ville.»

La directrice générale de la municipalité confirme. «Nous avions déjà porté plainte pour intimidation il y a deux semaines, moi, M. Labbaci et le responsable des travaux publics, Marco Gauthier», dit Johanne Hébert.

Selon le maire, la Ville de Huntingdon a l’intention de le poursuivre au civil pour récupérer les sommes payées à l’inspecteur blessé par le biais de la Commission de santé et sécurité au travail. Il veut aussi déposer une plainte à la Commission des droits de la personne pour agression raciste.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, digérant les données sur l'emploi

Mis à jour il y a 46 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street baissait vendredi midi, digérant le rapport mensuel américain sur l'emploi.

Titres en action: Magna International, Sun Life, Héroux-Devtek, Goldman Sachs...

Mis à jour à 16:16 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

COVID-19: Second Cup ferme davantage de cafés

Second Cup tente de s’ajuster au coup porté par la pandémie de COVID−19.