Transferts en santé: la rencontre fédérale provinciale n'aurait pas lieu cette année

Publié le 12/11/2021 à 12:28

Transferts en santé: la rencontre fédérale provinciale n'aurait pas lieu cette année

Publié le 12/11/2021 à 12:28

Par La Presse Canadienne

Une rencontre fédérale-provinciale au sujet des transferts avait déjà eu lieu en décembre 2020. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Il faudrait attendre en 2022 avant de voir une autre rencontre fédérale-provinciale pour discuter d’une hausse des transferts en santé. 

C’est du moins ce qu’a laissé entendre le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, à l’issue de sa rencontre en personne avec le premier ministre Justin Trudeau vendredi. 

Il a soutenu que les conversations qui ont lieu au sein du Conseil de la fédération laissent croire que la rencontre «prendra probablement place au début de la nouvelle année, en personne, avec le premier ministre».

Les provinces et territoires demandent à Ottawa de hausser les transferts en santé de 28 milliards $ la première année et de les hausser ensuite de 5% par an.

En campagne électorale, les libéraux ont promis l’équivalent de 25 milliards $ sur cinq ans pour des fonds ciblés en santé, comme en santé mentale et pour des normes dans les centres pour aînés. 

Si des provinces, comme le Québec, s’opposent aux conditions en santé, M. King s’y est montré moins réticent.

Selon lui, l’Île-du-Prince-Édouard se montrera ouverte à «tout ce que le gouvernement fédéral peut faire en termes de financement garanti, année après année».

Une rencontre fédérale-provinciale au sujet des transferts avait déjà eu lieu en décembre 2020. M. Trudeau avait refusé de s’engager de manière précise, estimant que la gestion de la pandémie est en tête de liste.

Le premier ministre du Québec, François Legault, était alors président du Conseil de la fédération. C’est maintenant son homologue de la Colombie-Britannique, John Horgan, qui assume la présidence.

 

Sur le même sujet

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…