Starbucks supprime 6 700 emplois

Publié le 28/01/2009 à 00:00

Starbucks supprime 6 700 emplois

Publié le 28/01/2009 à 00:00

Par Denis Lalonde
L’entreprise basée à Seattle, dans l’État de Washington, entend notamment fermer 300 établissements non performants supplémentaires, dont 200 aux États-Unis, d’ici la fin de l’année. Ces fermetures viennent s’ajouter à celles de 600 commerces aux États-Unis et de 61 en Australie annoncées en juillet dernier.



Starbucks réduit également sa cible d’ouverture de nouveaux cafés en sol américain à 140 plutôt qu’à 200 cette année. Au niveau international, la société prévoit ouvrir 170 commerces, plutôt que 270.



La direction de l’entreprise prévoit que toutes ces mesures, de même que d’autres efforts pour améliorer sa structure de coûts, se traduiront par la suppression de 6 000 emplois d’ici la fin de l’exercice 2009. Les mesures toucheront également 700 employés de bureaux à travers le monde, dont la moitié à un centre de support technique de Seattle.



L’entreprise soutient que les charges associées à la fermeture d’établissements et aux suppressions d’emplois se chiffreront à 230 millions de dollars américains* et permettront ensuite des économies de 100 millions de dollars par année.



En décembre, Starbucks avait aussi annoncé des mesures de réduction des coûts totalisant 400 millions de dollars.



Résultats financiers



Pour le 1er trimestre, Starbucks a dévoilé après la fermeture des marchés un bénéfice net de 64,3 millions de dollars (0,09 dollar par action), lui qui était de 208,1 million de dollars (0,28 dollar par action) à la même période il y a un an.



Les revenus de la chaîne ont reculé de 5,5% à 2,62 milliards de dollars, eux qui étaient de 2,77 milliards de dollars l’an dernier.



Les analystes prévoyaient un bénéfice par action de 0,17 dollar et des revenus de 2,7 milliards de dollars pour le trimestre, selon Thomson Reuters.



Le titre de Starbucks a terminé la séance sur un gain de 50 cents (5,46%) à 9,65 dollars au Nasdaq. Toutefois, l’action perdait presque tous ses gains dans les transactions après-Bourse, reculant de 48 cents (4,97%) à 9,17 dollars.



* Tous les montants sont en dollars américains.

image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.