Moins de 9% de femmes au sommet des sociétés boursières au Québec


Édition du 03 Juin 2017

Les femmes d'affaires sont encore très peu nombreuses dans les hautes directions. D'après notre recensement de la rémunération et du sexe des cinq plus hauts dirigeants de 65 sociétés québécoises cotées en Bourse, elles ne sont que 28 sur 311, soit une représentation de 8,7 %. Et elles gagnent, en moyenne, 71 % de la rémunération de leurs collègues masculins.

Des résultats «décourageants», selon Dana Ades-Landy, présidente de l'Association des femmes en finances du Québec (AFFQ). «C'est humiliant que ce soit si peu, commente-t-elle. Que ces femmes aient 71 % de la paie d'un homme, c'est incroyable en 2017 !»

L'échantillon est diversifié puisqu'il comporte des entreprises valant entre 22 millions et 74 milliards. Les entreprises sélectionnées comptaient parmi les 70 plus importantes sociétés québécoises cotées en Bourse. Cinq sociétés n'avaient pas publié leur circulaire au moment où nous écrivions ces lignes. Le lecteur averti aura remarqué que l'échantillon de 311 dirigeants n'est pas un multiple de cinq. Nous avons exclu quatre dirigeants de plus petites sociétés, soit parce qu'ils ne se versaient pas de salaire, soit parce qu'ils étaient en fait des administrateurs non exécutifs.

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Bourse: semaine festive pour les Fêtes nationales

Mis à jour le 06/07/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. On saura bientôt à quel point le regain boursier dépend d'une baisse des taux par la Fed.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

05/07/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

18/07/2019 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

18/07/2019 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

18/07/2019 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».