Scandale de la FIFA: un cas d'école en gouvernance


Édition du 13 Juin 2015

«Je ne peux pas surveiller tout le monde, tout le temps. Si quelqu'un veut mal agir, il cherchera aussi à le cacher.» C'est ainsi que Joseph (Sepp) Blatter, qui vient de démissionner de son poste de président de la FIFA, s'est dégagé de toute responsabilité ...

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Loi sur la corruption à l'étranger: trois sociétés reconnues coupables en 20 ans

Ottawa n'a mené à des poursuites devant les tribunaux que sept fois en 20 ans.

Une incroyable opportunité qui se trouvait… en Russie!

BLOGUE INVITÉ. Un gestionnaire de portefeuille a connu toute une aventure à Moscou: de bons et terribles moments!

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

15:31 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

15:15 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

10:49 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».