Sarkozy et Merkel demandent à Van Rompuy de présider la zone euro

Publié le 17/08/2011 à 07:57, mis à jour le 17/08/2011 à 07:58

Sarkozy et Merkel demandent à Van Rompuy de présider la zone euro

Publié le 17/08/2011 à 07:57, mis à jour le 17/08/2011 à 07:58

Par AFP

Le président Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont écrit mercredi, comme ils l'avaient annoncé la veille à l'issue de leurs entretiens à Paris sur fond de crise des dettes, à Herman Van Rompuy pour lui demander de présider la zone euro.

Dans cette lettre, dont une copie a été remise à l'AFP, M. Sarkozy et Mme Merkel écrivent au président de l'UE que les dix-sept "chefs d'État et de gouvernement de la zone euro éliront un président pour un mandat de deux ans et demi".

"Nous avons exprimé notre souhait que vous puissiez assumer cette charge", poursuivent-ils.

Ils affirment également que "l'Eurogroupe des ministres des Finances devra être renforcé". "L'euro est le fondement de notre réussite économique et le symbole de l'unification politique de notre continent", écrivent le président et la chancelière.

Ils notent également, toujours conformément à leurs décisions de la veille, que "la France et l'Allemagne proposent de renforcer encore la gouvernance de la zone euro, dans le cadre des traités existants".

Le président Sarkozy et la chancelière Merkel ont tenu mardi à Paris une réunion sur les moyens de renforcer la zone euro, plombée par les dettes abyssales de ses membres.

PLUS :

Vers un gouvernement de la zone euro

Les principales mesures proposées par la France et l'Allemagne

À suivre dans cette section

À la une

L'investissement de Québec dans l'A220 pique encore du nez

Il y a 58 minutes | La Presse Canadienne

L’investissement effectué par Québec dans l'A220 vaut environ cinq fois moins que ce qui a été allongé.

À surveiller: Drone Delivery Canada, Bombardier, Palantir

Que faire avec Drone Delivery Canada, Bombardier et Palantir? Voici quelques recommandations d’analystes.

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais: