Responsabilité sociale: des occasions d'affaires à saisir selon CROP

Publié le 01/05/2012 à 10:26, mis à jour le 01/05/2012 à 11:23

Responsabilité sociale: des occasions d'affaires à saisir selon CROP

Publié le 01/05/2012 à 10:26, mis à jour le 01/05/2012 à 11:23

Par Mathieu Lavallée

La pérennité des entreprises en jeu

« Si elles ne s’inscrivent pas dans ce mouvement, c’est la pérennité de certaines entreprises qui est en jeu », a souligné Pauline d’Ambroise, vice-présidente soutien à la coopération et secrétaire générale du Mouvement Desjardins lors d’un panel de discussion. À son avis, il est possible de mobiliser davantage ses employés en alignant sa stratégie sur le développement durable et en impliquant ses troupes.

« Nous sommes pris pour gérer le développement durable dans les entreprises, il va falloir s’en préoccuper sérieusement », a lancé pour sa part Hubert Bolduc, vice-président communications et affaires publiques de Cascades.

M. Giguère ne s’attend pas à ce qu’une entreprise d’ici disparaître parce qu'elle a négligé sa responsabilité sociale. N’importe quel dirigeant finirait par céder à la pression populaire pour éviter de laisser couler son entreprise, explique-t-il, comme cela a été le cas chez Lassonde.

Sauf que seulement 23 % des répondants ont indiqué qu’ils ne se préoccupent pas de l’éthique d’une entreprise, ce qui fait que plus de trois personnes sur quatre au Québec y sont sensibles.

Au total, 22 % des répondants ont indiqué être prêts à lancer un mouvement contre une entreprise, a ajouté M. Giguère. Parmi les autres, 31 % suivraient le mouvement, et 24 % « finiraient par embarquer », de dire le président de CROP.

À la une

À surveiller: Guru, Empire et Quincaillerie Richelieu

Mis à jour il y a 21 minutes | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Guru, Empire et Quincaillerie Richelieu? Voici des recommandations d'analystes.

La pratique des pourboires est un peu le «Far West», selon un professeur

Il y a 9 minutes | La Presse Canadienne

Il est difficile de connaître les règles du pourboire, car elles ne sont pas écrites et évoluent rapidement.

Le patron de Boeing devant une commission du Sénat américain mardi

Mis à jour à 10:34 | AFP

Le groupe cumule, depuis de longs mois, des problèmes de production et de qualité sur ses avions commerciaux.